«Mon rapport sur la Corée du Nord peut être utile»

PolitiqueClaude Béglé a présenté jeudi aux médias le récit de son voyage polémique et défendu son utilité diplomatique.

Claude Béglé a pu visiter de nombreuses usines au cours de son voyage en Corée du Nord.

Claude Béglé a pu visiter de nombreuses usines au cours de son voyage en Corée du Nord. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les médias n’en parlaient plus, mais le PDC Claude Béglé avait visiblement à cœur de clore la séquence de son voyage polémique en Corée du Nord par une sorte de débriefing devant les journalistes. Quitte à rallumer la mèche. Soit. Rendez-vous Schauplatzgasse 9, à Berne, jeudi, dans les locaux de l’agence de Com’furrerhugi. Sous les pampilles de la salle Alfred, plusieurs journalistes romands mais aussi alémaniques – «NZZ», «Blick», «Tages-Anzeiger»… – reçoivent le fameux rapport de 35 pages du conseiller national PDC. Fin juillet, l’affaire des tweets élogieux de l’élu vis-à-vis du régime de Pyongyang a eu un fort retentissement médiatique outre-Sarine, nous glisse un confrère. Et comment est perçue cette «Béglerei»? Sourire. «Il est passé pour un rigolo.»


A lire l'édito: Claude Béglé et la diplomatie de l’ego


En attendant les retardataires, Claude Béglé projette contre un écran quelques-unes des mille photos prises en Corée. Mais cette petite séance «diapos de vacances» fait vite place aux slides d’un PowerPoint. Le parlementaire PDC déroule ses explications. Membre de la Commission de politique extérieure et diplômé en relations internationales, il a passé trente ans de sa vie à l’étranger, sur tous les continents. «J’ai connu de près la transformation postsoviétique en Europe de l’Est, je crois au rôle et à la capacité de la Suisse en tant que médiatrice et je suis d’avis qu’il faut aller sur place pour comprendre une situation délicate.» Érythrée, Colombie, Niger, Kazakhstan, Irak, Ukraine, etc.: depuis 2016, il multiplie les voyages personnels, au terme desquels il rédige parfois un rapport, «envoyé au DFAE, au parlement et à un représentant du pays visité». Ses contacts dans le milieu diplomatique lui ont donc permis d’être invité personnellement par le parti unique. «J’ai tout payé de ma poche: 600 euros au régime, des dépenses annexes d’environ 1000 euros et des billets d’avion pour environ 2500 euros (ndlr: son voyage l’a mené aussi en Mongolie et en Chine).»

700 km à travers le pays

Patiemment, Claude Béglé a pu négocier un circuit d’une durée de dix jours, qui lui a permis de rencontrer des dignitaires du Parti communiste, de visiter Pyongyang comme de nombreuses usines, d’assister à de magistrales fêtes populaires à la gloire de Kim Jong-un. Mais il a aussi pu traverser la campagne nord-coréenne, hors des lieux habituels de propagande: «Nous avons beaucoup roulé à travers le pays: le régime n’a pas pu créer des villages artificiels sur 700 kilomètres pour me leurrer.» L’élu était flanqué d’un délégué officiel du parti et d’un traducteur de 24 ans, dont il dit avoir petit à petit gagné la confiance, au point que la bride s’est un peu relâchée. «J’ai pu ajouter des visites non planifiées au programme, ce qui est rare, dit-on.»

Plusieurs fois, le conseiller national indique avoir pu se promener seul – «mais j’étais sans doute suivi». Il a vu des magasins bien achalandés à Pyongyang, des dollars au fond d’un tiroir-caisse – «signe qu’une économie souterraine existe» –, etc. Ses tweets ébaubis devant une usine modèle n’avaient pour autre but que d’amadouer les officiels pour avoir plus de liberté par la suite. «C’est faire injure à ce que j’ai fait depuis quatre ans que de me croire favorable à un dictateur. Ce régime a hérité des pires stigmates du stalinisme, où les droits de l’homme sont bafoués et où domine la pensée unique. Mais ce que j’ai écrit n’est pas faux: il faut que l’Occident sorte de ses a priori sur la Corée du Nord et essaie de comprendre son point de vue.»

Claude Béglé relate ainsi avoir vu des citoyens lambda «ni angoissés ni malheureux», désireux de profiter d’un système de formation continue très développé. «Bien sûr, la grande majorité de la population vit dans la misère, mais celle que j’ai rencontrée appartient à une classe moyenne émergente. Ils sont des millions à vivre bien au-dessus du seuil de pauvreté.»

Le rapport que le Pulliéran a rendu public étoffe son récit de voyage – assez succinct – de larges analyses géopolitiques sur le processus de paix et de dénucléarisation. «La Suisse, pays où Kim Jong-un a grandi, est le seul au monde à maintenir un discours stratégique avec la Corée du Nord. Elle serait parfaitement bien placée pour exercer ses bons offices», plaide Claude Béglé. Et à ses yeux, son travail de diplomatie parlementaire est un élément parmi d’autres qui peuvent faire bouger les choses dans ce sens.

Créé: 22.08.2019, 18h35

Articles en relation

Pyongyang pose ses conditions pour discuter

Corée du Nord La Corée du Nord prévient jeudi qu'il n'y aura pas de dialogue avec les USA avant l'arrêt de leurs «activités militaires hostiles». Plus...

Corée du Nord: Claude Béglé s'explique face aux médias

Controverse Le conseiller national a présenté à la presse son rapport sur son séjour controversé. Il s'est dit surpris par l'ampleur de la polémique. Plus...

Le parlement fédéral réfléchit à la création d’une «Lex Béglé»

Affaire «Claude Béglé» Après les tweets «nord-coréens» du Vaudois, les Chambres veulent davantage réglementer les voyages des élus. Plus...

Claude Béglé refait parler de lui depuis la Corée du Nord

Corée du Nord Le conseiller national PDC vaudois vient de publier un long message sur Facebook pour justifier ses tweets laudatifs sur le régime nord-coréen. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.