Non, le coronavirus n'est pas une création française

Fake NewsLes rumeurs vont visiblement bon train sur la Toile à propos de l'épidémie qui secoue, notamment, la Suisse. Une vidéo virale sur les réseaux sociaux assure par exemple que le coronavirus avait été breveté en 2004.

Ce genre de message a circulé en masse sur Internet mercredi.

Ce genre de message a circulé en masse sur Internet mercredi. Image: capture d'écran Facebook

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sur plusieurs groupes Facebook vaudois populaires, des internautes sont tombés dans le panneau. A en croire une vidéo accompagnée d'un document intitulé «Fascicule de brevet européen», le coronavirus a été breveté par le fameux Institut pasteur en 2004, à Paris. De là plusieurs théories complotistes, évoquant, entre autres des origines intentionnelles de l'épidémie actuelle.

C'est évidemment faux. L'AFP s'est employée à remonter aux origines dudit brevet.

Le brevet EP 1 694 829 B1 est authentique, a confirmé à l'AFP Olivier Schwartz, directeur de l'unité virus et immunité à l'Institut Pasteur.

Mais il porte sur un virus différent du nouveau coronavirus détecté pour la première fois en Chine il y a quelques mois.

«D'abord, on ne brevète pas un virus, mais le code génétique d'un virus», explique Olivier Schwartz, joint par téléphone le 18 mars.

Le code génétique concerné dans le brevet déposé en 2004 par l'institut Pasteur porte sur une souche du SRAS («SARS-CoV» de son nom scientifique complet), un autre coronavirus qui toucha 8'000 personnes dans 30 pays en 2002-2003 et fit plus de 700 morts, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

«Il n'y a pas un coronavirus, il y en au moins 7 et donc le dépôt de cette séquence (ou code génétique, ndlr) correspondait à l'épidémie en 2003, c'est un cousin du virus qui fait l'objet de l'épidémie actuellement», détaille M. Schwartz.

S'y ajoute une nuance de taille: breveter ne revient pas à créer un virus. En l'occurrence, l'Institut pasteur a tenu à protéger ses méthodes liées au séquençage et aux recherches futures contre ce virus contemporain du SRAS.

Autre fake

Mercredi, la Police cantonale vaudoise a également dû démentir une rumeur devenue virale. Non, contrairement à ce que prétend un maladroit montage, cinq hélicoptères ne vont pas vaporiser du désinfectant ce soir dans le ciel, demandant d'évacuer les rues et de fermer les fenêtres.

Dans sa conférence de presse de crise de mercredi organisée dans la salle du Grand conseil par l'Etat-Major cantonal de conduite, le médecin cantonal Karim Boubaker a par ailleurs précisé que dans la situation actuelle, procéder à des désinfections de rue ne servait à rien. Au contraire des mesures sans cesse évoquée, comme la désinfection des surfaces régulièrement touchées par le public dans les magasins par exemple.

Créé: 18.03.2020, 19h09

Articles en relation

Les hôpitaux mettent en garde contre les «fake news»

Coronavirus Des messages anxiogènes émis par des personnes se présentant comme du personnel du CHUV ou des HUG circulent en masse sur les réseaux sociaux, Whatsapp en tête. Leur authenticité est douteuse Plus...

L’immunité est la seule arme contre le Covid-19

L'invité Jacques-André Haury rappelle l'importance de la réaction de notre système immunitaire face à un virus. Plus...

Attention aux fausses entreprises de désinfection contre le coronavirus

Prévention Des individus feraient du porte-à-porte dans le Nord vaudois. La police met en garde la population contre «cette arnaque». Plus...

Cinq fausses nouvelles sur le coronavirus

Santé Le site britannique de fact-checking Fullfact vérifie de nombreuses affirmations qui circulent sur les réseaux pour les vérifier. En voici cinq très courantes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.