«Nous devons cesser de nous tenir proches les uns des autres»

CoronavirusVaud détient le record suisse de propagation du virus. Le Conseil d’État prend des mesures plus drastiques que Berne.

Nuria Gorrite et le Conseil d’État vaudois ont pris des mesures encore plus drastiques que celles du Conseil fédéral.

Nuria Gorrite et le Conseil d’État vaudois ont pris des mesures encore plus drastiques que celles du Conseil fédéral. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement vaudois prend des mesures exceptionnelles. Elles touchent les rassemblements, la vie scolaire et la marche de l’économie. Nuria Gorrite entame la conférence de presse par un vibrant discours: «Le Conseil d’État du Canton de Vaud se tient aujourd’hui devant vous uni et solennel, commence la présidente du Conseil d’État. Ces derniers jours, il a agi en concertation avec les autorités fédérales et intercantonales […]. Nous avons longuement soupesé ces mesures et leurs impacts et nous sommes conscients des effets qu’elles auront sur la prospérité, sur l’économie et sur nos vies quotidiennes dans les semaines à venir […]. C’est bien de vies humaines à sauver dont il est question […]. Je ne peux pas le dire plus clairement: vous et moi devons cesser de nous tenir proches les uns des autres, ne plus serrer les mains ou nous faire la bise, nous devons éviter les déplacements qui ne sont pas indispensables, nous laver les mains plusieurs fois par jour. Dès maintenant et sans exception.»

Attaques oubliées

Les «très fortes» mesures du Conseil d’État font oublier les attaques qui commençaient à émerger sur sa prétendue passivité, ou son attente des mesures du Conseil fédéral. Il est à l’opposé de la minimisation de la maladie par Philippe Leuba il y a une semaine, très critiquée. Et très loin des rumeurs de dissensions.

«Il y a 14 jours, nous annoncions le premier cas, rappelle la ministre de la Santé, Rebecca Ruiz. Sept jours plus tard, le premier décès. Depuis, le nombre de personnes infectées augmente de façon exponentielle.» Vendredi soir, le nombre de décès sur sol vaudois était de trois. Deux de plus que jeudi soir. Le nombre d’hospitalisations a grimpé à 43, dont 17 aux soins intensifs. Et plus de 290 cas testés positifs sont comptabilisés, sans compter les innombrables non testés.

«Pour freiner le nombre de contaminations, il faut des mesures drastiques, poursuit Rebecca Ruiz. Si les mesures de l’OFSP n’ont pas eu les effets attendus, c’est parce qu’elles n’ont pas assez été respectées.»

Le 28 février, le gouvernement vaudois disait vouloir s’en tenir aux mesures arrêtées par la Confédération. Seules les manifestations de plus de 1000 personnes étaient interdites par Berne. Vendredi, c’est Vaud qui serre la vis davantage que la Confédération. Cette dernière demande de fermer les écoles jusqu’au 4 avril, mais l’école vaudoise est suspendue jusqu’au 30 avril. Le Conseil fédéral interdit les rassemblements privés ou publics de plus de 100 personnes et le Conseil d’État vaudois les interdit à partir de 50 personnes. Il faut dire que sur le territoire vaudois, la propagation du virus est la plus violente de Suisse.

Le déclenchement du plan d’organisation en cas de catastrophe (ORCA) permet cette restriction aux libertés. «Il faut casser la progression du virus, justifie Béatrice Métraux, ministre en charge de la Sécurité. «Les premiers effets des mesures actuelles, si elles sont respectées, pourraient se faire sentir dans sept à dix jours», complète la ministre de la Santé, Rebecca Ruiz. Le gouvernement en appelle «à la responsabilité et à la solidarité» de chacun.

Annulations en série

Dans l’après-midi, les responsables culturels, sportifs, associatifs, politiques et religieux de tout le canton annoncent annulations et fermetures. Le Grand Conseil et les Conseils communaux ne peuvent plus se réunir, sauf en cas d’urgence.

Les seuls «lieux de divertissement» qui peuvent maintenir leurs portes ouvertes sont les restaurants et les hôtels. Mais là aussi, la limite à 50 personnes s’applique. Ceux qui seraient tentés de violer les interdictions s’exposent à une amende pour «insoumission à une décision de l’autorité», comme le fixe le Code pénal.

«Nous devons tout mettre en place, chacun et chacune d’entre nous, y compris nous déprogrammer de nos fonctionnements habituels, assène encore Nuria Gorrite. Je vois des comportements à risque à chaque coin de rue. Nous sommes des acteurs du problème et maintenant nous devons devenir des acteurs de la solution.»

Créé: 13.03.2020, 23h21

Articles en relation

Situation «extrêmement préoccupante»: les mesures vaudoises

Coronavirus Le Canton muscle le dispositif dans l'espoir d'éviter une saturation du système de santé Plus...

«Nous avons baissé les bras, une grave erreur»

Coronavirus La communauté scientifique attendait les mesures annoncées vendredi depuis plusieurs jours. Les juge-t-elle suffisantes? Les réponses varient. Plus...

Le Conseil fédéral bouleverse nos vies

Covid-19 Le gouvernement décrète la quasi-fermeture de toutes les écoles et l’interdiction des manifestations de plus de 100 personnes. Priorité absolue au combat contre le coronavirus. Plus...

L’économie soulagée par le plan de sauvetage de Parmelin

Covid-19 La Confédération va mettre jusqu'à dix milliards de francs à disposition de l'économie ralentie par le coronavirus. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.