«Nous recommandons aux parents de ne pas amener leurs enfants en garderie»

EnfantsCertaines crèches commencent à fermer. Les autorités se veulent rassurantes, comme David Payot à Lausanne.

David Payot, municipal lausannois de l'Enfance et de la Jeunesse.

David Payot, municipal lausannois de l'Enfance et de la Jeunesse. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le canton de Vaud est le seul en Suisse romande, avec Berne, à maintenir ouvertes ses crèches et garderies, pour les enfants en âge préscolaire. Mais ce lundi, plusieurs structures ont d'ores et déjà fermé partiellement ou totalement, par crainte ou pour des cas avérés d'infection au coronavirus.

Mais selon les premières informations qui remontent du terrain, ce serait pour des cas de professionnels touchés par la maladie, et non pour des cas d'enfants malades.

A Lausanne par exemple, deux structures d'accueil sur 50 ont fermé. Pour autant, les autorités cantonales et communales ne craignent pour l'instant pas de voir les crèches et les garderies devenir des foyers d'infection.

Priorité au personnel sanitaire, sécuritaire et éducatif

Néanmoins le message est direct: «Nous recommandons aux parents de ne plus amener leurs enfants en garderie», conseille David Payot, le municipal lausannois de l'enfance et de la jeunesse.

Le popiste rappelle que les places doivent désormais servir en priorité à accueillir les enfants du personnel sanitaire, sécuritaire et éducatif. Ce dernier groupe réunit les enseignants et les éducatrices.

Désormais, à Lausanne, les enfants dont les parents ne travaillent pas (pour cause d'études ou de chômage par exemple) doivent être gardés à domicile. Idem pour ceux dont les marmots sont à la garderie pour des raisons de socialisation uniquement. «Pour ceux-ci, l'accueil est suspendu jusqu'à nouvel avis», ajoute David Payot.

La règle est d'ailleurs valable dans de nombreuses structures hors de Lausanne. A Yverdon par exemple, les quatre crèches "communalisées" ont limité leurs services en conséquence, suivant les directives de l'Office de l'accueil de jour des enfants (OAJE). Ainsi lundi matin, elles n'accueillaient que 37 enfants, contre 201 normalement.

A part les métiers dits «prioritaires», seuls les parents obligés de concilier vie professionnelle et familiale peuvent encore espérer avoir une place en crèche ou en garderie. Mais pour cela, il faut de solides arguments, notamment l'impossibilité de faire garder ses enfants par une autre personne ou le risque de les confier à une personne à risque (notamment de plus de 65 ans).

Educatrices inquiètes

Malgré tout, une inquiétude certaine règne parmi les éducatrices elles-mêmes. Car dans ce job, impossible de respecter à la lettre les prescriptions de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), notamment les règles d'éloignement.

David Payot se veut rassurant à leur égard: «A priori, les enfants auxquels elles s'adressent ne sont pas malades, car un enfant malade ne peut pas être accueilli. Si un enfant a de la fièvre, il doit rester chez lui.»

Quant à l'idée de distribuer des masques, les propos de l'élu popiste semblent montrer que cette solution ne fonctionnerait pas. «Cela impliquerait que chaque éducatrice et chaque enfant en portent un et le changent toutes les deux heures. C'est impossible, notamment lors des repas.»

Créé: 16.03.2020, 15h57

Articles en relation

Des enfants renvoyés de la crèche et priés de passer un test de dépistage

Coronavirus Les autorités genevoises reconnaissent un couac. Des employés ont «sur-interprété» les directives sanitaires. Plus...

«C’est aux médecins traitants de juger si un enfant ne peut pas aller en garderie»

Covid-19 Parents et professionnels commencent à s’inquiéter. Les règles sont les mêmes qu’à l’école. Les autorités craignent de manquer de personnel si l’épidémie s’amplifie Plus...

Le Conseil fédéral tarde à décider l’inévitable

Coronavirus Alors que tous réclament des consignes fermes du gouvernement, les sept Sages ont reporté à plus tard de nouvelles mesures. Plus...

Les parents ne devraient pas craindre des sanctions des employeurs

Ecoles fermées Les employés sans solution de garde alternative ne devraient pas en pâtir professionnellement. Les patrons appellent à la flexibilité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.