Prévenir le harcèlement des jeunes en formation

TravailLe Canton lance une campagne contre les abus auxquels les apprentis peuvent être exposés.

Cesla Amarelle et Jacqueline de Quattro présentent une campagne contre les abus envers les apprentis.

Cesla Amarelle et Jacqueline de Quattro présentent une campagne contre les abus envers les apprentis. Image: Jean-Bernard Sieber

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des affiches apparaissent ces jours dans les transports publics appelant à «cesser le harcèlement sexuel». Les images colportant ce message montrent des personnes très jeunes. Pour le Canton, cette campagne vise à protéger particulièrement les apprentis. De tous les employés, ils sont les plus exposés au risque d’être victime d’un comportement abusif.

La campagne ne répond à aucune statistique qui montrerait une aggravation de la situation chez les apprentis vaudois. En revanche, en conférence de presse, la conseillère d’État Cesla Amarelle évoquait une étude nationale de 2013 démontrant que 18% des femmes et 7% d’hommes avaient le sentiment d’être harcelés au travail.

Le Bureau de l’égalité entre les femmes et les hommes a initié cette campagne à la rentrée, en distribuant un flyer à chaque apprenti. Il y présente ce qu’est le harcèlement, les bases légales et les ressources à leur disposition en cas d’abus. «On sait que les apprentis sont dans une situation délicate», remarque la conseillère d’État Jacqueline de Quattro. Jeunes, au plus bas de l’échelle hiérarchique dans l’entreprise et confrontés à la précarité de l’emploi, ils doivent être protégés.

Pour le Canton, le harcèlement n’a pas sa place sur les lieux de formation, et les entreprises formatrices sont également sensibilisées à la question. Ainsi, l’État de Vaud incite à «cultiver le respect». En cas d’abus, les jeunes ont été informés qu’ils ont le droit de dire non, de se défendre en dénonçant, et qu’ils peuvent bénéficier d’appuis, que ce soit dans les écoles professionnelles, auprès de surveillants cantonaux ou sur leur lieu de travail. (24 heures)

Créé: 19.09.2018, 17h39

Articles en relation

Venir à bout du harcèlement entre élèves: c'est possible!

Harcèlement entre élèves Pour faire face aux situations critiques, l'école vaudoise privilégie désormais une approche non blâmante. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.