Sa fille est enlevée, il remet des millions

ChavornayUn convoyeur de fonds aurait livré entre 15 et 30 millions pour faire libérer une jeune femme kidnappée à Lyon.

Le parking de Chavornay, où le convoyeur de fonds a remis l’argent à des braqueurs. Ils l’auraient contacté pour lui annoncer le rapt de sa fille et fixer un rendez-vous.

Le parking de Chavornay, où le convoyeur de fonds a remis l’argent à des braqueurs. Ils l’auraient contacté pour lui annoncer le rapt de sa fille et fixer un rendez-vous. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Jeudi vers 18 h 30, des plombiers sonnent à la porte d’une Lyonnaise de 22 ans. Elle ne se méfie pas, ils l’enlèvent. Un peu plus d’une heure plus tard, un convoyeur de fonds habitant Annemasse (F), père de la victime, remet le contenu de son fourgon, entre 15 et 30 millions de francs suisses, pour obtenir la libération de sa fille.

Le «transfert» a lieu sur un parking d’une trentaine de places situé à la sortie de l’autoroute, à Chavornay, dans le Nord vaudois. La jeune femme enlevée et gardée dans une voiture a été de son côté retrouvée à 21 h 40, «très choquée» mais indemne, dans le département français de l’Ain, sur une route départementale.

Le «transfert» a lieu sur un parking situé à la sortie de l’autoroute, à Chavornay

La police cantonale vaudoise lance un appel à témoins. Qui ne sont pas aisés à dénicher. Dans le voisinage du parking, il est question d’une «grande lumière, comme un éclairage par des projecteurs». Mais c’était vers 22 h. «Quand je rentrais du travail, j’ai vu des policiers qui contrôlaient des véhicules», affirme un employé d’un restaurant de la région. Un habitant des alentours signale que «des combines, moins graves, se sont déjà produites sur ce parking. C’est un lieu plutôt discret, idéal pour des braqueurs.»

Hommes armés

Selon la version des faits livrée par la police cantonale vendredi après-midi, «plusieurs hommes armés qui attendaient le fourgon l’ont fait se garer. Ils ont ensuite braqué les deux convoyeurs, dévalisé l’entier du fourgon et pris la fuite à bord d’un véhicule SUV 4x4 de type Porsche de couleur foncée. Les auteurs ont pris une direction inconnue et n’ont pas été rattrapés.» Les enquêteurs décrivent «trois hommes, d’une taille de 170 à 175 cm, de corpulence normale, vêtus entièrement de noir, encagoulés et gantés, qui parlaient français avec un accent, peut-être du sud de la France ou d’Afrique du Nord».

Que s’est-il réellement passé? Le Parquet de Lyon n’a pas souhaité répondre à nos questions vendredi après-midi. La société valaisanne propriétaire du fourgon, spécialisée dans le transport de fonds, est aussi restée silencieuse. Selon Le Parisien, les agresseurs de Lyon ont contacté le convoyeur pour lui annoncer le rapt de sa fille. Et ils ont fixé un rendez-vous à Chavornay. D’après une source citée par le site Internet du journal français, «cet employé s’est apparemment emparé du véhicule dont il était responsable avant de le livrer aux braqueurs».

Le déroulement audacieux de ce hold-up laisse les enquêteurs perplexes. Selon l’un d’eux, toujours cité par Le Parisien, «dans ce genre d’affaire, on ne peut jamais exclure la piste de la complicité interne».

Points à éclaircir

Selon l’Agence France-Presse (AFP), le récit fourni par la fille du convoyeur de fonds semble crédible: «Nous n’avons pas de raison de mettre en doute sa parole, on est dans du grand banditisme.» Cette source admet toutefois que «beaucoup de points restent à éclaircir», avant d’ajouter: «L’enquête ne fait que démarrer et va prendre du temps.» Selon la police vaudoise, personne n’avait été mis en détention en fin de journée vendredi.


Appel aux témoins
021 333 5 333 ou poste de police le plus proche
(24 heures)

Créé: 09.02.2018, 18h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...