Un patient suspecté de porter le virus Ebola examiné au CHUV

LausanneUn Guinéen, suspecté d’avoir contracté le virus Ebola est actuellement pris en charge au CHUV. Le patient fait l'objet d'examens médicaux, afin de déterminer s’il souffre effectivement de la maladie.

Un Guinéen, suspecté d’avoir contracté le virus d’Ebola est actuellement pris en charge au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

Un Guinéen, suspecté d’avoir contracté le virus d’Ebola est actuellement pris en charge au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un Guinéen qui remplit les critères d'une suspicion de contamination au virus Ebola a été admis mardi au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), à Lausanne. Il fait l'objet d'examens médicaux afin de déterminer s'il souffre effectivement de la maladie.

Ce jeune homme est arrivé le 17 septembre au centre de requérants d'asile de Vallorbe (VD), a indiqué ce mardi 23 septembre l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), dans un communiqué. Selon ses déclarations, il aurait quitté son pays d'origine pour la France deux jours auparavant.

L’OFSP précise qu'en raison du fait que l'arrivée du patient a eu lieu pendant la période d'incubation (maximum 21 jours) et parce qu'il a déclaré à son arrivée à Vallorbe qu'un membre de sa famille serait décédé du virus Ebola, le requérant n'a pas été admis dans le centre, mais a été immédiatement emmené et placé sous surveillance hospitalière à Saint-Loup (VD).

Il est resté sur place en quarantaine et n'a présenté ensuite aucun symptôme de la maladie. A noter que le virus n'est pas transmissible avant l'apparition de symptômes. Il n’y a pas de danger pour la population suisse, précise l'OFSP.

Apparition de fièvre

Le requérant a toutefois commencé ce mardi à avoir de la fièvre. C'est pourquoi, étant considéré comme cas suspect selon les critères de l'OFSP, il a été transféré au CHUV où des échantillons sanguins ont été prélevés. Le transport s'est effectué dans le strict respect des mesures de précaution.

L'OFSP communiquera à nouveau publiquement dès que des résultats médicaux précis et fiables seront disponibles. Ce cas montre que le dispositif en place actuellement fonctionne, puisqu'il a permis de déclencher rapidement les mesures et investigations nécessaires, relève l'OFSP.

Un premier cas sans danger à Genève

Ce cas intervient après un premier enregistré la veille. La première personne en provenance d'une région touchée par le virus Ebola a en effet atterri lundi en Suisse. Il s'agit d'un infirmier étranger qui travaillait pour une organisation internationale en Sierra Leone.

Le risque que cette personne tombe malade est très faible, avait indiqué le Département fédéral de l'intérieur (DFI). L'homme a été transporté à Genève par une société de transport privée et admis directement aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Les premiers examens ont montré qu'il n'y a pas de signe d'infection au virus Ebola. L'infirmier restera néanmoins pendant les trois prochaines semaines (temps maximum d'incubation) sous surveillance, où il sera régulièrement examiné. S'il ne présente aucun symptôme au cours de cette période, tout risque de maladie est exclu, précise le DFI.

La personne concernée travaillait dans un hôpital en Sierra Leone et samedi soir dernier, il a été mordu par un enfant infecté par le virus Ebola. Comme il respectait toutes les consignes de sécurité et portait, notamment, une combinaison, la morsure n’a pas entraîné de plaie visible. (J.-C. M. avec l'ats/nxp)

Créé: 23.09.2014, 19h59

Galerie photo

Articles en relation

Ebola: un premier rapatriement en Suisse

Sécurité Un infirmier travaillant en Sierra Leone a été pris en charge à Genève lundi. Selon les premiers examens médicaux, l'homme n'est pas infecté. Il va tout de même rester en observation à l'hôpital. Plus...

L'épidémie Ebola «explose», l'OMS redoute 20'000 cas

Afrique Plus de 20'000 personnes seront infectées par le virus Ebola début novembre si rien n'est fait pour renforcer les mesures de contrôle en Afrique de l'Ouest, a averti l'OMS. Plus...

Les tests de vaccins contre Ebola pourraient débuter en novembre

CHUV Deux cents volontaires participeront à une étude à l’hôpital lausannois et aux HUG de Genève. Le point avec le Dr Blaise Genton. Plus...

Ebola: un nouveau bilan de l'OMS fait état de 2800 morts

Virus Le bilan de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest continue de s'alourdir. L'OMS admet que le nombre de cas officiellement déclarés est sous-estimé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.