«Un radar doit pouvoir distinguer une éolienne et un avion»

Grand ConseilJacqueline de Quattro a égratigné l’armée, mardi. Elle l’appelait à «revoir» ses radars pour éviter les crashes d’avions.

Jacqualine de Quattro: «J'ai eu à m'occuper des affaires militaires et je m'occupe désormais des affaires énergétiques».

Jacqualine de Quattro: «J'ai eu à m'occuper des affaires militaires et je m'occupe désormais des affaires énergétiques». Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ses propos avaient surpris quand elle les a prononcés devant les députés, mardi, en plein débat sur les éoliennes. Jacqueline de Quattro déclarait texto: «Je conseille au Département fédéral de la défense de revoir ses notions de géographie et, accessoirement, de revoir ses radars. Ce serait mieux contre les crashes d’avions également.» La conseillère d’Etat libérale-radicale venait alors de lire un courrier du DDPS indiquant que le projet de parc éolien à Provence était très proche de la base aérienne de Payerne, pourtant distante de 20 km.

Beaucoup ont vu dans les propos de la ministre une référence au crash d’un F/A-18 fin août, qui avait entraîné la mort d’un lieutenant vaudois de 27 ans. Mais tel n’était pas son propos, explique-t-elle au lendemain du débat. «Je ne me permettrais pas de parler de cet accident de cette façon», souligne Jacqueline de Quattro.

«Il est important que nous ayons des instruments de mesure à la pointe»

«J’ai eu à m’occuper des affaires militaires et je m’occupe désormais des affaires énergétiques, ajoute-t-elle. Quand on me dit qu’un radar ne peut faire la distinction entre une éolienne fixe et un avion en vol, cela m’inquiète. C’est préoccupant. Or il est important que nous ayons des instruments de mesure à la pointe.»

Ce qui la surprend, c’est un double discours de Berne. Le Département de l’énergie promeut le projet de Provence, et l’armée émet des réserves. «J’ai pu voir moi-même à Copenhague, lors d’un voyage en avion, que des parcs éoliens proches des aéroports ne posent pas de problèmes aux radars. Mardi, c’était mon coup de gueule pour une politique énergétique optimale et pour une sécurité aérienne optimale.»

L’armée confirme que, même à 20 km, les éoliennes de Provence pourraient avoir un impact sur le contrôle radar de Payerne. «Les radars peuvent détecter des éoliennes en tant que telles, explique Renato Kalbermatten, porte-parole du DDPS. Mais les éoliennes peuvent conduire à des distorsions et des réflexions des signaux détectés par les systèmes radar.»

Créé: 12.10.2016, 19h09

Articles en relation

Un vent favorable souffle sur les éoliennes de La Vallée

Soutien populaire Le oui des citoyens du Chenit à l’implantation de sept éoliennes, ce dimanche, apporte des vitamines au projet. Mais le futur parc, situé dans un paysage protégé, est loin d’être réalisé. Plus...

La construction du hangar de SolarStratos débute sur l’Aéropôle de Payerne

Broye Cette base opérationnelle hébergera le premier avion solaire stratosphérique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.