Une élection où tout était écrit d’avance, ou presque

Conseil d'EtatLes Vaudois ont plébiscité leur Conseil d’Etat dimanche, montrant leur satisfaction de la politique menée. Le second tour s’annonce rude entre Cesla Amarelle (PS) et Jacques Nicolet (UDC).

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Tout sourire, Pascal Broulis (PLR) ne cachait pas sa joie dimanche soir. Le conseiller d’Etat de Sainte-Croix a passé la barre mythique des 100 000 voix, avec 60,4% des suffrages. Bon pour l’ego. Il se paie même le luxe de passer juste devant Pierre-Yves Maillard (PS), l’autre poids lourd du gouvernement, qui était premier en 2012 et termine juste derrière lui à 59,9%. «On avait parié tous les deux qu’on serait deuxième», s’amuse Pascal Broulis.

Le pari est en tout cas gagné pour l’ensemble du gouvernement. Les Vaudois ont montré dans les urnes leur approbation du pouvoir en place et leur attachement à la grande alliance radicale-socialiste. Réélus également au premier tour, trois autres ministres sont arrivés en grande pompe en fin d’après-midi à l’aula des Cèdres à Lausanne, point de chute de cette journée. Chez les PLR, Jacqueline de Quattro et Philippe Leuba se tiennent dans un mouchoir de poche avec 56,4% et 55,6%. La benjamine socialiste du gouvernement, Nuria Gorrite, se place juste derrière avec 55,4%. Tout sourire, l’ex-syndique de Morges exprime sa «profonde reconnaissance» au peuple vaudois.

Le taux de participation pour le premier tour au Conseil d’Etat s’élève à 40,13%, plus faible que celui de 2012 (41,79%). Mais meilleur que ne le laissaient présager les pointages effectués en cours de semaine sur le vote anticipé. «Les gens ont dû voter en rentrant des vacances de Pâques. Jusqu’à mercredi, le taux de participation était très bas», relève Grégoire Junod, syndic de Lausanne.

Nicolet mieux que prévu

Les chiffres des sortants sont grosso modo conformes à ceux du sondage RTS-Sotomo de la semaine dernière. Celui-ci pronostiquait également que la Verte Béatrice Métraux (48%) n’obtiendrait pas la majorité absolue au premier tour. Là où le sondage est moins exact, c’est dans le match pour le septième siège laissé vacant par Anne-Catherine Lyon (PS). La socialiste Cesla Amarelle termine avec 43,5% des voix, talonnée de près par l’UDC Jacques Nicolet et ses 40,3%. Le sondage créditait ce dernier de 34%, il fait sept points de mieux. Il n’est pas décroché comme annoncé. «C’est une bonne surprise», se félicitait celui-ci, qui était allé «prendre le soleil» sur son alpage de Lignerolle, plus tôt dans la journée, devant les caméras de la RTS. Pour la petite histoire, le candidat UDC n’arrive qu’en sixième position dans son propre village. Nul n’est prophète en son pays.

A quelques pas de là, l’équipe de campagne de Cesla Amarelle peinait à cacher sa déception. «Nous allons mener un vrai match pour le deuxième tour», disait la candidate, qui a 21 jours pour convaincre les Vaudois. Hier, au stamm socialiste, on aurait tout de même préféré voir le candidat UDC sous la barre symbolique des 40%.

Ces chiffres qui s’alignent harmonieusement comme sur une portée musicale ont varié au fil des dépouillements. En début d’après-midi, les PLR faisaient la course en tête et Jacques Nicolet devançait sa concurrente socialiste. C’est que seules les petites communes avaient livré leurs résultats et, hors des villes, l’alliance de droite est plus forte. «Ils vont perdre plusieurs points, et le résultat sera conforme aux prévisions dans quelques heures, du moins si les tendances ville-campagne n’ont pas changé depuis 2012», pronostiquait Daniel Brélaz, ancien syndic de Lausanne et habitué à jongler avec les chiffres.

Toto Morand en hausse

Dès le début de l’après-midi, une réalité s’est imposée sur les écrans: le candidat indépendant Guillaume «Toto» Morand (Parti de rien) devenait gentiment le premier des «petits candidats», avec plus de 8%. Il devançait de peu le candidat des Vert’libéraux, François Pointet. «Les Vaudois ne sont pas si satisfaits que ça de la majorité sortante et une partie d’entre eux l’ont démontré en votant pour moi», disait-il, répétant à qui voulait l’entendre qu’il songeait sérieusement à se maintenir pour le deuxième tour.

Une interprétation que ne partage pas du tout Anne-Catherine Lyon. La conseillère d’Etat socialiste sur le départ était rayonnante, hier, au stamm du PS. «Cela me paraît plutôt bien parti pour les sortants, leurs scores sont hauts.» Pierre-Yves Maillard est sur la même ligne que sa collègue: «C’est un résultat presque idéal pour un premier tour d’élection au Conseil d’Etat, Cesla Amarelle est bien placée.»

Porte-parole du Parti socialiste suisse, le Valaisan Gaël Bourgeois est moins rompu aux mœurs politiques vaudoises. Présent au quartier général du PS, il était un peu pantois en découvrant les résultats des sortants: «En Suisse, peu de personnes peuvent se targuer d’un score pareil à une élection à la majoritaire.» Nuria Gorrite enchaîne: «C’est historique pour la gauche d’avoir deux élus au premier tour.» Pascal Broulis passe la barre des 100 000 et les socialistes placent deux élus au premier tour. Ainsi tout le monde a son moment «historique».

Centristes distancés

L’Alliance du Centre est clairement distancée. Serge Melly (Vaud Libre) réalise à peine 6% et se place à 1,5 point derrière sa colistière Sylvie Villa (PDC). «L’alliance rad-soc du Conseil d’Etat coupe les ailes du centre, a déploré le paysan, ce n’est pas l’année des centristes.» Conformément à ce qu’ils avaient annoncé, les centristes songent à relancer leur meilleure candidate, Sylvie Villa, au second tour.

Les trois élus d’Ensemble à Gauche ferment la marche avec environ 6%. Mais pas de quoi faire la grimace: «On fait mieux qu’il y a cinq ans, cela montre qu’on progresse et qu’il y a une demande pour la gauche radicale dans le canton», affirme Hadrien Buclin (SolidaritéS). Les candidats avaient choisi de passer l’après-midi au soleil dans le parc de Milan, avec des militants qui préparaient les banderoles pour le 1er Mai: «Travailler plus pour gagner moins?… Nos vies valent plus que leur profit.» Eux aussi se tâtent pour maintenir un ou plusieurs candidats au deuxième tour.

En début de soirée, les dés étaient jetés. Béatrice Métraux (Les Verts) n’avait pas la majorité absolue. Mais elle y croit: «Nous sommes très motivées pour ce deuxième tour avec Cesla Amarelle, nous allons nous battre, je pars très confiante.» Ce second round pourrait toutefois se révéler plus chahuté que prévu. Isabelle Chevalley (Vert’libéraux), présente à l’aula des Cèdres, a lancé un pavé dans la mare: «Je n’exclus pas de me présenter au deuxième tour, a déclaré la conseillère nationale. Nous devrons en discuter avec le parti et nos alliés potentiels, mais les conditions sont réunies pour y réfléchir sérieusement.»

Une grande alliance de droite pour le deuxième tour? Le président du PLR, Frédéric Borloz, a expliqué être «favorable» à l’idée: «En tout cas, nous préparons le terrain pour 2022.» L’an dernier, le parti invitait d’ailleurs autant les Vert’libéraux que l’UDC à faire l’union pour cette campagne. C’est l’UDC qui avait décliné l’offre. Hier soir, le parti agrarien ne disait pas non. «Cela mérite d’être discuté», lâchait Jacques Nicolet. «Nous ne fermons pas la porte, même si je pense qu’il sera difficile de ravir deux sièges», estime Philippe Jobin, chef du groupe UDC au Grand Conseil.

La gauche n’y croit pas

Cette perspective n’inquiète officiellement pas à gauche. «L’alliance d’une écologiste avec un UDC… en plus le jour où l’on votera sur la Stratégie énergétique 2050, vous voulez rire? s’exclame Alberto Mocchi, président des Verts. Je ne vois en tout cas rien qui puisse mettre Béatrice Métraux en difficulté au deuxième tour.»

Au PS, on peine également à croire à cette union de la carpe et du lapin: «Mais, si une grande alliance se dessine effectivement à droite, alors cela rebattrait les cartes», avoue un stratège du parti. Les Vaudois ont globalement voté pour la stabilité dimanche. Venu en observateur, bien que non réélu au Grand Conseil, le PDC Jacques Neirynck loue la sagesse de son canton, et tant pis si son camp ne sort pas victorieux des urnes. «Cela signifie que la population donne quittance d’une politique qui la satisfait, affirme le vieux sage de la politique. Elle plébiscite l’équilibre d’un canton qui se porte bien et où le rapport des forces est profitable.» (24 heures)

Créé: 30.04.2017, 23h14

Réactions

Pascal Broulis, Conseiller d’Etat sortant, réélu au premier tour en première position

Ce fut une campagne très longue. Je suis très heureux du résultat avec un centre droit qui s’est raffermi. Le PLR confirme sa position et l’alliance avec l’UDC a bien fonctionné, même si la presse n’a pas aidé.

Nuria Gorrite, Conseillère d’Etat sortante, réélue au premier tour en cinquième position

Je fais onze points de plus qu’en 2012. Les Vaudois m’accordent une confiance énorme après seulement une législature. Une belle reconnaissance qui m’encourage pour la suite

Guillaume Morand, Candidat indépendant du Parti de rien, non élu au premier tour

Je vais me maintenir au deuxième tour. Ma décision est presque définitive. Je dois le faire vis-à-vis des gens qui ont voté pour moi. J’ai dénoncé l’absence de débat durant la campagne. Maintenant que les gros candidats socialistes et PLR ne sont plus là, on va pouvoir débattre

Pierre-Yves Maillard, Président du Conseil d’Etat, sortant, réélu au premier tour en deuxième position

Le résultat du Conseil d’Etat est presque idéal. Nous avons deux socialistes élus au premier tour et Cesla Amarelle est en bonne position pour le deuxième tour

Jacques Nicolet, Candidat UDC non élu au premier tour,
arrivé en 8e position


Je suis prêt pour le second tour et j’y crois. On me prédisait 34% et j’arrive à 40%. J’éprouve une certaine satisfaction. Lors de la campagne, nous parlerons d’école mais aussi du social et de la thématique fiscale

Articles en relation

Revivez la journée d'élection des autorités vaudoises

Les Vaudois aux urnes Les Vaudois ont choisi ce dimanche la composition du Conseil d'Etat et du Grand Conseil. Réactions, résultats, vidéos, vous retrouverez tout le premier tour dans ce live. Plus...

Les résultats du Grand Conseil

Législatif Découvrez les candidats et les partis en tête par commune et par arrondissement. Plus...

Les résultats du Conseil d'Etat par commune

Vaud Découvrez les candidats en tête chez vous et dans tout le canton. Plus...

La droite en forme pour un «vrai» second tour

Elections cantonales Le PLR et l’UDC veulent croire à la force de leur alliance. Mais les Vert’ libéraux pourraient s’inviter. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Maintes fois reportée, l'ouverture d'Aquatis aura lieu finalement fin octobre. En attendant, les prix qui seront pratiqués alimentent déjà les discussions sur Internet.
(Image: Bénédicte) Plus...