[VIDÉO] «Ecouler le stock Switcher va me prendre dix ans»

L’éleveur qui a fait main basse sur une partie du stock Switcher table sur une quinzaine de ventes pour liquider le tout

Patrick Perroud a acheté cet énorme stock pour ne pas voir partir toute la marchandise Switcher partir pour les Balkans.
Vidéo: Pascal Wassmer

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les amoureux de la défunte marque Switcher seront ravis, c’est reparti pour cinq jours de déstockage (Orbe, zone industrielle des Taborneires, du 5 au 9 juillet de 9 h 30 à 18 h). Mais pour la deuxième vente de vêtements à la baleine jaune à prix cassés à hauteur de 60%, les locaux sont cette fois à la (dé)mesure du stock à écouler.

Après la grande salle d’Oulens-sous-Echallens, qui a vite été submergée par la vente organisée il y a quelques semaines, c’est dans les immenses anciennes halles du Military Shop d’Orbe que Patrick Perroud a déposé ses palettes CFF pleines à ras bord de T-shirts, vestes ou trainings. Et elles sont encore nombreuses. Très nombreuses!

Lors du premier week-end de vente, les gens s'étaient déplacés en masse


Sur les 332 palettes qu’il a rachetées à un homme d’affaires bâlois – qui avait lui-même déboursé près de 300 000 francs pour acquérir un peu moins de 500 000 pièces – après la mise en faillite de la marque en début d’année, Patrick Perroud, boucher et éleveur de son état, n’en a pour l’instant vendu «que» l’équivalent d’une petite trentaine. Que l’on se souvienne des milliers de personnes qui ont afflué des quatre coins du pays dans le petit village du Gros-de-Vaud à l’occasion de la première vente et l’on prend la mesure du gigantesque défi qui attend le solide gaillard.

Bientôt un tour de Suisse

Au milieu des centaines de cartons qui s’entassent à perte de vue dans l’entrepôt, Patrick Perroud assure pourtant qu’il ne regrette pas de s’être lancé dans cette aventure un peu folle, et même qu’il s’y recollerait.

Il confie tout de même dans un soupir: «Je ne m’attendais pas à une galère pareille, heureusement que je n’ai pas racheté les 572 palettes issues de la vente aux enchères de l’Office des faillites de Lausanne. C’est surtout en manipulant les centaines de cartons et en les ouvrant que nous avons réalisé la masse que le tout représente. A terme, je pense organiser une quinzaine de ventes, dont plusieurs dans d’autres cantons du pays, pour espérer écouler la marchandise. Pour boucler l’aventure Switcher, je me donne dix ans.»

«On me demandait des articles précis alors que je ne découvrais le contenu des cartons qu’en les ouvrant»

Il faut dire qu’au volume démentiel de son stock, qui compte des centaines de milliers d’articles, s’ajoute une autre difficulté: Patrick Perroud a acheté les 332 palettes à l’aveugle, sans savoir ce qu’elles contenaient. Difficile, dans ces conditions, d’organiser une vente cohérente. «On me demandait des articles précis alors que je ne découvrais le contenu des cartons qu’en les ouvrant. Conséquence: on ne pouvait vendre que ce que l’on trouvait», se souvient l’agriculteur, qui a retenu la leçon.

Pour cette deuxième vente, qui va une nouvelle fois mobiliser de nombreux bénévoles, c’est en effet un énorme travail de tri qui a été réalisé en amont. «Les articles sont désormais proposés par genre – polos ou autres –, par taille et par couleur. De nombreuses entreprises qui veulent des lots d’un même article les trouveront désormais sans problème.»

Pour arriver à ce résultat, l’homme, dont l’activité d’éleveur ne saurait être mise entre parenthèses pour la baleine, n’a pas ménagé ses efforts. «Entre mes bêtes, mon exploitation et Switcher, je me couche à minuit et me lève trois heures plus tard. Et, quand j’ai de la chance, j’arrive à dormir quatre heures.» (24 heures)

Créé: 05.07.2017, 06h45

Infos

Orbe, zone industrielle des Taborneires, anciennes halles du Military Shop. Vente Switcher, me 5-di 9 juil. (9 h 30-18 h)

Articles en relation

Switcher, quand y en a plus, y en a encore!

Lausanne Des vêtements par milliers ont encore été vendus aux enchères mardi à l’Office des faillites, ainsi que tout ce que renfermaient les vastes locaux du Mont. Plus...

«Pari réussi» pour le déstockage Switcher

Gros-de-Vaud L’organisateur est ravi de l’engouement même s’il est encore loin de rentrer dans ses frais. Plus...

Le déstockage Switcher fait un carton

Evenement Des centaines de personnes à la recherche de bonnes affaires ont afflué vers la grande salle d'Oulens-sous-Echallens Plus...

[VIDEO] Un boucher fait main basse sur les Switcher des Balkans

Gros-de-Vaud Patrick Perroud a racheté plus de 300 palettes, bourrées des fameux vêtements à la baleine jaune, destinées à l’Albanie et au Kosovo. Son but: qu’ils profitent aux Vaudois. Plus...

Les T-shirts de Switcher vont partir dans les Balkans

Vente Après la mise en faillite de Switcher SA en mai dernier, les stocks ont été vendus aux enchères ce matin pour 250'000 frs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...