Acquitté, un Français réclame environ 20 millions au canton

JusticeCondamné à 20 ans de prison en 1986, acquitté en 2004, celui qu'on appelait "le banquier" de la drogue veut récupérer son pactole confisqué par l'Etat de Vaud.

Le 6 mars, le Tribunal de police de Lausanne se penchera sur la confiscation des biens d'un ancien condamné

Le 6 mars, le Tribunal de police de Lausanne se penchera sur la confiscation des biens d'un ancien condamné Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mercredi prochain, un Français de 67 ans, tentera, devant le Tribunal de police de Lausanne, de récupérer son pactole, estimé par son avocat Me Matteo Inaudi, à environ 20 millions de francs suisse et séquestré depuis septembre 1986. Parallèlement, l'homme a également engagé des poursuites contre l'Etat de Vaud pour 35 millions de francs, plus intérêt à 5% l'an depuis 1986. «Les deux montants ne se cumulent pas, précise son avocat. Au cas où le litige ne se réglerait pas par la voie pénale mercredi prochain, mon client a, par précaution, aussi utilisé la voie des poursuites. Suivant le résultat de l'audience prochaine, il est donc possible que nous intentions une action civile pour récupérer cet argent.»

L'homme derrière cette requête exceptionnelle était considéré, à l'époque, comme le "banquier" de la drogue. Arrêté en 1984, il a été condamné par défaut en 1986 à 20 ans de prison pour infraction grave à Loi fédérale sur les stupéfiants et faux dans les certificats. Le Tribunal criminel de Lausanne lui reprochait alors d'avoir blanchi des millions provenant d'un trafic de drogue mondial. Le Français n'était pas présent à son procès puisqu'il s'était évadé peu avant de la prison du Bois-Mermet.

Mais en 2004, la Suisse réussit à l'extrader et l'emprisonne. L'homme demande, comme le droit le permet lorsqu'une personne est jugée sans sa présence, la révision de son procès. Or, depuis l'époque des délits, les infractions sont prescrites. Il est donc acquitté.

Le 6 mars, le Tribunal de Lausanne décidera donc si le séquestre prononcé en 1986 doit être levé, comme l'a révélé le quotidien 20 minutes ce matin. "Le motif pour lequel la justice avait ordonné la confiscation des avoirs de mon client est tombé lors de son acquittement en 2004, relève Me Matteo Inaudi. Si la justice suit notre requête et ordonne la levée du séquestre, il faudra encore discuter du montant." Le pactole saisi à l'époque était composé de devises étrangères et suisses, mais aussi de lingots d'or. La justice pourrait alors avoir à prendre en compte les fluctuations des monnaies.

Celui que l'on appelait à l'époque le "banquier" de la drogue nie encore aujourd'hui les faits, selon son avocat. Ce dernier ne sait pas encore si son client pourra être présent mercredi prochain au Tribunal de Lausanne. "Je suis en train d'étudier si son interdiction de territoire suisse est encore actuelle. Si ce n'est pas le cas, mon client, qui réside actuellement en France, envisage de se présenter devant la justice."

Créé: 01.03.2013, 11h35

Dossiers

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.