«Un acte politique qui passe par la culture»

Lausanne La Municipalité lance un événement annuel appelé «Méditerranées» et place le Maghreb à l’honneur. Une nécessité, explique le syndic Grégoire Junod.

Grégoire Junod souhaite parler du Maghreb d'une autre manière qu'à travers l'Islam.

Grégoire Junod souhaite parler du Maghreb d'une autre manière qu'à travers l'Islam. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Trois jours de débats et de manifestations culturelles. «Lausanne-Méditerranées» vivra sa première édition la semaine prochaine, avec un film projeté à la Cinémathèque, un spectacle de danse et un concert au Théâtre de Vidy. Le Maghreb est le thème de ce premier rendez-vous. La Municipalité a inscrit l’événement – en grande partie couvert par le budget des institutions – dans son programme de législature «en signe d’ouverture au monde». Questions au syndic Grégoire Junod (PS).

Est-ce vraiment le rôle de la Ville de Lausanne de lancer un festival sur le thème de la Méditerranée?

Il ne s’agit pas à proprement parler d’un festival mais plus simplement d’une envie d’ouvrir le débat une fois par année sur un sujet de société important ayant une dimension internationale. Je pense utile de porter un certain nombre de questions sur la place publique et de le faire avec nos institutions culturelles. La culture est un bon angle pour aborder une série de problèmes importants.

Pourquoi la Méditerranée?

La Méditerranée sera notre fil rouge durant cette législature. C’est à la fois le berceau de notre histoire, un trait d’union entre le Nord et le Sud mais aussi, aujourd’hui, un espace de migrations, de crises sociales et économiques, au cœur de nombreuses questions d’actualité. Nous commençons par le Maghreb et les apports culturels du monde arabe cette année et il est probable que nous parlerons de la Grèce l’année prochaine.

Vous commencez par le Maghreb, qui n’est pas la communauté la plus représentée à Lausanne…

On compte en effet près de 1500 Maghrébins établis à Lausanne, soit un petit pourcentage. Aujourd’hui, dès que l’on évoque le monde arabe, on le résume presque toujours à l’islam. C’est en grande partie le résultat de la politisation du fait religieux. Or les apports culturels du monde arabe sur notre propre culture et histoire sont considérables et largement méconnus. Ce sont ces questions que nous souhaitons aborder à travers cette manifestation, hors des questions religieuses.

La récente profanation du cimetière musulman a-t-elle quelque chose à voir avec le choix du Maghreb?

Non, mais cela montre l’acuité de ces questions et la nécessité de répondre par la culture et de créer des espaces de dialogue. J’avais beaucoup aimé la déclaration de Matteo Renzi à propos de la barbarie terroriste en 2016: «Ils sèment la terreur, nous répondrons par la culture.» Quant à l’épisode du cimetière, la Municipalité l’a condamné avec la dernière vigueur. C’est aussi une atteinte à la Suisse, à nos valeurs, au principe inaliénable et commun à toutes les civilisations: celui du respect de la paix des morts.

Cette manifestation est donc un acte politique?

Oui mais avec une volonté d’ouverture. Son principe s’appuie sur une évidence: la connaissance est un élément qui participe du dialogue entre les cultures. Il s’agit à la fois de pouvoir valoriser des artistes contemporains issus du monde arabe dans les domaines du cinéma, de la danse et de la musique, et de montrer aux Suisses comme aux immigrés installés ici que nos histoires sont fortement entremêlées.

La manifestation s’appuie-t-elle sur les expériences d’autres villes?

Paris a lancé la Nuit des Débats et d’autres villes européennes le font également. Nous faisons quelque chose de plus modeste, avec une forte composante culturelle. Lausanne a la chance d’être une ville de formation, avec de nombreuses hautes écoles, avec une très forte richesse culturelle. C’est un terreau favorable pour une telle manifestation. Elle s’adresse non seulement au public régulier du Théâtre de Vidy et de la Cinémathèque, mais également à toutes celles et ceux que le thème intéresse, Suisses ou étrangers, qui n’ont pas l’habitude de fréquenter ces lieux. (24 heures)

Créé: 27.10.2017, 09h09

Le programme

Jeudi 2 nov., Cinéma Capitole
19 h Ouverture de la manifestation.
20 h 30 Projection du film A mon âge, je me cache encore pour fumer, de la réalisatrice algérienne Rayhana, suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Ve 3 nov., Théâtre de Vidy
18 h Débat public: «Pratiques artistiques et culturelles, facteurs d’intégration et de changement?»
20 h La nuit, La traversée, Sur le fil, trois pièces de danse de la chorégraphe algérienne Nacera Belaza.

Sa 4 nov., Théâtre de Vidy
16 h Débat sur le thème:
«Maghreb/Europe, arts et culture: entre histoire commune, échange et coopération», avec Mondher Khilani, anthropologue, Sofiane Hadjadj, écrivain et éditeur
à Alger, Mustapha Benfodil, reporter et écrivain algérien.
18 h Pièces dansées de N. Belaza.
20 h Concert d’Amine et Hamza, entre tradition et jazz.
www.lausanne.ch/mediterranees

Articles en relation

«Il faut faire de l’islam une religion officielle»

Intégration Jonas Fricker banni, Irène Kälin va faire son entrée au Conseil national. Particularité de la nouvelle élue Verte: elle est islamologue Plus...

Le Théâtre de Vidy et le TKM se mettent à l'heure de Bogota et de la guerre civile

Scènes En octobre, les deux institutions théâtrales lausannoises collaborent autour d'une programmation colombienne engagée. Plus...

«C’est une grande joie pour moi aujourd’hui»

Naturalisation facilitée Le oui à la naturalisation facilitée des étrangers de la troisième génération est un succès pour la socialiste Ada Marra. Plus...

La Suisse passe la barre des 2 millions d'étrangers

Population résidente Alors que les derniers chiffres de l'immigration ont été dévoilés, le Conseil fédéral accepte un monitoring sur l'efficacité de la loi d'application de l'initiative «Contre l'immigration de masse» Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Laeticia et l'héritage de Johnny
(Image: Valott) Plus...