Ada Marra défendra les couleurs socialistes aux Etats

PolitiqueLes socialistes ont préféré la Conseillère nationale au Conseiller national Roger Nordmann. A sept voix près.

Image: Sébastien Anex

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est un congrès coupé en deux qui a désigné la conseillère nationale Ada Marra comme candidate au Conseil des États. Samedi, à la salle de la Douane, à Moudon, la Lausannoise a récolté 166 voix, alors que son adversaire du jour, le Lausannois Roger Nordmann, en a recueilli 159. «Un choix positif», selon Christian Levrat. Le président du parti suisse (PSS) est venu faire «le clown qui anime la salle entre deux numéros», comme il l’a dit lui-même à la tribune. Il a néanmoins fait part de ses impressions à l’issue du scrutin: «J’ai le sentiment que la quasi-totalité des délégués aurait pu aussi se satisfaire du choix inverse.» Le président se dit surtout «très fier» de la manière dont s’est déroulé ce duel entre sa vice-présidente Ada Marra et son chef de groupe aux Chambres fédérales Roger Nordmann: «Le Parti socialiste vaudois a tiré les leçons de ses expériences douloureuses.»

Il est vrai qu’il s’agit de la première primaire organisée depuis celle pour le Conseil d’État en 2017. Un exercice qui avait généré un affrontement à semi-couvert entre certains ténors lausannois et la favorite, Cesla Amarelle. Cette fois, le parti a soigneusement balisé le terrain. D’autant plus que le contexte est délicat. Cette primaire s’est jouée avec en toile de fond la sortie de route de la sénatrice Savary pour cause de financement de campagne ne répondant pas vraiment aux standards de transparence du PS.

Marra et Nordmann ont, eux-mêmes, fait campagne avec le frein à main. Ce qui explique que beaucoup de délégués ont attendu leurs discours devant le congrès pour se déterminer. À ce jeu-là, Ada Marra l’a emporté sur la ligne. «Je savais que cela allait être serré», note l’élue du jour. Comme Christian Levrat, elle a le sentiment que les délégués qui ont voté pour Nordmann n’ont pas voté contre elle.

Le fond de la salle

Au fond de la salle, certains hiérarques du parti vaudois faisaient pourtant grise mine. Pour eux, Ada Marra ou Roger Nordmann, ce n’est pas kif-kif bourricot. Ils regrettent que «les compétences de Roger» ne puissent pas se déployer au Conseil des États. Toujours au fond de la salle, il y avait la table de la Jeunesse socialiste. Là, l’ambiance était beaucoup plus riante en fin de congrès: «Nous avons peut-être joué un rôle.» La «JS» avait 23 voix qui se sont largement portées sur Ada Marra, perçue comme étant plus à gauche que Roger Nordmann. Les jeunes ont également pesé pour le Conseil national. Leurs votes ne sont sans doute pas étrangers à l’ordre de la liste ( lire encadré ). Pierre-Yves Maillard n’a pas eu leurs suffrages. La longévité du magistrat et sa position sur la réforme fiscale (RFFA), entre autres, sont rédhibitoires pour la Jeunesse socialiste vaudoise.

Maintenant que l’exercice de la désignation s’est fait sans trop de casse apparente, le parti peut lancer sa campagne aux fédérales. «J’attends des socialistes vaudois qu’ils récupèrent le sixième siège qu’ils ont perdu au National en 2015», indique Christian Levrat. Quant à Ada Marra, la tête de liste, elle entend faire campagne différemment: «La société nous dit qu’elle veut du changement, il faut l’écouter. Je ferai une campagne sans langue de bois avec des propos tranchants.» Elle sera accompagnée par la Verte lausannoise Adèle Thorens sur le ticket aux États.


Les candidats PS pour les élections fédérales devant l’objectif

Créé: 27.04.2019, 18h25

Conseil national

La composition de la liste pour le Conseil national peut avoir des allures de test de popularité. Son ordre se joue au vote entre camarades. Samedi, il y avait 29 socialistesvaudois pour 18 places (la première était réservée à Ada Marra).

Le conseiller d’État sur le départ Pierre-Yves Maillard se frottait ainsi pour la première fois depuis longtemps au jugement direct de ses camarades. Au terme d’un très long dépouillement, c’est le sortant Samuel Bendahan qui a remporté la palme, en obtenant 290 voix.

Roger Nordmann est arrivé 2e, avec 277 voix, et Pierre-Yves Maillard 4e (251 voix). La femme qui a obtenu le plus de suffrages est la sortante Brigitte Crottaz: 271. Sur la liste que les Vaudois recevront chez eux, c’est donc Samuel Bendahan qui figurera juste en dessous d’Ada Marra. Et Brigitte Crottaz sera en troisième position, puisque les socialistes pratiquent l’alternance entre hommes et femmes. PYM est en 8e position. Cette liste comporte notamment les noms de l’ancien président du PSV, Stéphane Montangero, et celui de l’actuelle présidente, Jessica Jaccoud. Pour l’heure, le PSV a cinq sièges au National.

Cindy Mendicino

Articles en relation

Le PS vaudois puisera dans le vivier lausannois

Élections fédérales Le congrès du parti va choisir ses candidats aux Chambres fédérales. Une fois encore, les représentants du Grand-Lausanne devraient monopoliser les places éligibles. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.