«Adieu Raymond, ton talent éclairait nos existences»

Obsèques Plusieurs centaines de personnes ont rendu hommage à l’ancien dessinateur de presse lundi, à l’abbaye de Montheron. Certains ont salué Burki l’artiste, d’autres Raymond l’humaniste

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Raymond Burki voulait être couché dans son cercueil avec sa casquette: vœu exaucé. C’est ainsi que les Vaudois connaissaient et aimaient leur caricaturiste préféré. Ils étaient environ 500, hier, à être venus lui rendre un dernier hommage à Montheron. Parmi eux, des caricaturistes admiratifs, comme Chappatte et Barrigue, et des «caricaturés», comme les conseillers d’Etat Pierre-Yves Maillard ou Jacqueline de Quattro. Daniel Brélaz, ancien syndic de Lausanne, s’est exprimé au nom de tous les portraiturés de Burki, assurant qu’ils étaient «unanimes à s’en réjouir, c’était comme recevoir une sorte de Prix Nobel local, un gage de notoriété décerné par le meilleur dessinateur de presse qu’ils n’avaient jamais connu.»

Lettres de lecteurs fachés

Kyril Gossweiler, qui présidait la cérémonie, a indiqué que Raymond Burki voulait «que l’on fasse de cette journée quelque chose de plutôt joyeux». Il aurait pu faire siennes les dernières paroles de l’écrivain Scarron sur son lit de mort: «Mes enfants, vous ne pleurerez jamais autant que je vous ai fait rire.» Afin de respecter la volonté de Burki, des extraits de lettres de lecteurs fâchés ont été lus durant la cérémonie. Elles faisaient beaucoup marrer Burki, qui les collectionnait. Exemple: «Nous déplorons que trop souvent il dépasse les bornes du convenable.» Barrigue, ancien dessinateur du Matin et voisin de bureau de Burki pendant 29 ans, peinait à contenir ses larmes. «Raymond, je te qualifiais de Buster Keaton du dessin, de génie du muet. Muet car tes dessins se passaient de commentaires, ils étaient tellement parlants. Ton talent est immense.» Federico Camponovo, ancien rédacteur en chef adjoint du quotidien vaudois, a rappelé que «Raymond parlait peu, mais son regard myosotis glissait sur nous comme une caresse fraternelle. Le journalisme, ce n’est pas dire qui sont les bons et qui sont les méchants, c’est raconter aux gens des histoires qu’ils ne connaissent pas. Raymond était le plus grand, le plus talentueux d’entre nous, un éditorialiste flamboyant qui savait le faire mieux que quiconque en éclairant nos existences.»

«Un véritable anar»

Philippe Dubath, journaliste et ami de longue date, a choisi de rendre hommage au pêcheur. Et d’imaginer une truite de la Menthue s’adressant au défunt: «Nos compagnes les plus âgées choisirent parfois de gober ton hameçon car finir leur vie entre les mains d’un artiste était pour elles un honneur.» Michel Bühler aurait voulu chanter sa chanson L’espoir, mais il ne pouvait retenir ses sanglots. C’est donc la version enregistrée qui a été diffusée.

L’archéologue et humoriste Laurent Flutsch a donné sa propre vision de Burki, «un véritable anar, avec de la révolte. Comme tous les révoltés, c’était un vrai généreux. En chanson, ce serait Léo Ferré, pas Gérard Lenorman.» Un dernier hommage a été rendu sur la place avant que le corbillard n’emporte la dépouille d’un artiste qui a fait tant rire et un peu pleurer les Vaudois. (24 heures)

Créé: 02.01.2017, 21h36

Articles en relation

Raymond Burki était «le Ramuz de la caricature»

Témoignages Le grand dessinateur de presse est décédé dans la nuit de mercredi à jeudi. Ses «victimes» et amis lui rendent hommage. Plus...

Burki, l’artiste qui n’appartenait à personne

Hommage Cet homme d’ici, libre, talentueux, passionné, avec son cœur à gauche, n’avait jamais oublié les gens d’ici. Il était aussi populaire qu’un Jean-Pascal Delamuraz. Plus...

Les derniers dessins de Burki dans 24 heures

Les oeuvres du dessinateur de presse pour 2014 Plus...

Les dessins de Burki au fil des années

Galeries photo Avec son talent inoubliable et son regard teinté de tendresse, Raymond Burki savait toucher son public, jour après jour. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...