Passer au contenu principal

Les affiches «pour» le parking saccagées

Les partisans du parking souterrain sous la Place du Marché à Vevey ont porté plainte contre x à cause de la destruction de leurs affiches.

Plusieurs dizaines d'affiches à travers la ville ont reçu le même traitement.
Plusieurs dizaines d'affiches à travers la ville ont reçu le même traitement.
DR/ maplace.ch

La votation du 19 mai à Vevey (VD) sur le parking souterrain échauffe les esprits. Les partisans de cette solution annoncent dimanche avoir déposé plainte contre x après destruction et saccage d'un grand nombre de leurs affiches.

Le comité maplace.ch a découvert ça dimanche matin, explique Philippe Oertlé, porte-parole, indigné par ces méthodes. Plusieurs dizaines d'affiches ont subi de tels traitements, sans qu'il y ait de revendications précises.

Dans un communiqué, le comité en faveur du parking souterrain «déplore fermement cette atteinte» au droit démocratique qui permet à chacun de s'exprimer dans le respect mutuel. «La violence de cette action» montre que ce droit démocratique a été «transgressé» à Vevey.

Point Godwin atteint dans l'escalade

Selon un communiqué des partisans du parking, cette action de saccage des affiches est «concertée» et va donc «bien au-delà de la prouesse de quelques fêtards». Sur les réseaux sociaux, c'est carrément le camp adverse qui est taxé d'extrémiste et incriminé: «Manifestement à cours d'arguments, les opposants ont passé la nuit à saccager les affiches des initiants à travers la ville!!! »

Si bien que le comité Notre Ville, qui s'oppose à un parking sous la place du Marché, a tenu a réagir dimanche après-midi en précisant que ses membres n'en étaient pas responsables ni n'avaient encouragé de telles actions. «Le comité Notre Ville les déplore, d'autant que ses propres affiches et panneaux ont été l'objet depuis le début de l'affichage du même type d'attaques.»

Les anti-parking ont également fustigé la phrase suivante sur la page Facebook de maplace.ch: «Ces actes sont dignes des périodes les plus sombres de notre histoire.» La réponse du comité Notre Ville: «Généralement, on désigne par là le nazisme et la shoah! Vous-vous vraiment comparer l'extermination de millions de personnes à la dégradation de quelques affiches?»

Le fameux point Godwin (moment de la discussion qui bascule dans une comparaison avec le nazisme) a ainsi été atteint dans cette campagne, malgré que Philippe Oertlé ait souligné que les partisans du parking veulent un débat pacifique et respectueux.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.