Passer au contenu principal

A regret, le PLR accepte les conditions de l’UDC

Le Congrès du PLR a validé hier soir l’alliance avec l’UDC pour le Conseil d’Etat, sans les Vert’libéraux. Ceux-ci pourraient présenter leur président, François Pointet.

Frédéric Borloz, président du PLR Vaud.
Frédéric Borloz, président du PLR Vaud.
Chantal Dervey -A

Les libéraux-radicaux vaudois ont avalé une sacrée couleuvre hier soir. Leurs 244 délégués réunis en congrès à Lausanne ont validé le scénario d’une alliance avec l’UDC, mais sans les Vert’libéraux, dans la course au Conseil d’Etat pour les élections cantonales d’avril. Un scénario voté avec 18 oppositions et 2 abstentions. Des alliances locales et larges pourraient par contre être mises sur pied pour le Grand Conseil.

Mais leur choix s’est fait à regret. Car ce n’est pas du tout la stratégie qu’ils espéraient à l’origine. Depuis deux ans, le PLR militait pour une large alliance de droite. Mais l’UDC lui a signifié catégoriquement en décembre qu’elle ne voudrait jamais des Vert’libéraux, qu’elle accuse de faire le jeu de la gauche au Grand Conseil.

Résultat: le ticket de la droite vaudoise comprendra les trois conseillers d’Etat libéraux-radicaux (Pascal Broulis, Jacqueline de Quattro et Philippe Leuba), avec le conseiller national UDC Jacques Nicolet, également président du parti. Face au scepticisme de certains, le président du PLR, Frédéric Borloz, a tenu à clarifier les rôles: «Ne nous trompons pas d’adversaire. Nous savons que l’UDC et nous ne sommes pas d’accord sur l’Europe et la libre circulation. Mais nous sommes d’accord sur 80% des sujets.» Et de dénoncer la gauche qui pratique entre autres «la politique des petits copains».

Quelques voix discordantes se sont fait entendre, comme celle de Barry Lopez: «Partir avec l’UDC nous conduira à l’échec. Nous perdrons des électeurs», a-t-il souligné devant l’assemblée, qualifiant les propos de l’UDC de «racistes, sexistes et ridicules».

Dans la foulée, les Vert’libéraux ont fait part de leur «déception» via un communiqué de presse. Désormais isolés, ils annoncent que leur président François Pointet pourrait être candidat. Le parti doit se réunir ce jeudi à Lausanne pour faire le point.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.