Une altesse royale parmi les naturalisés à Lausanne

LausanneMargareta de Roumanie, la fille aînée du roi Michel 1er et prétendante au trône, est devenue Suissesse ce mercredi.

La princesse Margareta, fille aînée du roi Michel 1er et prétendante au trône de Roumanie, est devenue Suissesse.

La princesse Margareta, fille aînée du roi Michel 1er et prétendante au trône de Roumanie, est devenue Suissesse. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Comme les 479 autres naturalisés réunis ce mercredi matin dans la salle Paris du Palais de Beaulieu, à Lausanne, Margareta patiente sagement. Elle attend que le Conseil d’Etat prenne place sur l’estrade devant elle, mais il est en retard, confirmant le dicton qui dit que l’exactitude n’est finalement la politesse que des têtes couronnées. Margareta en sait d’ailleurs quelque chose: elle était non seulement à l’heure, mais elle est surtout la fille aînée d’un roi et, en ce jour, son «Altesse Royale la princesse héritière et gardienne de la Couronne de Roumanie» va prêter serment. «Devenir Suissesse, c’était le moment pour moi», confie la princesse.

Altesse royale ou pas, les autorités vaudoises n’avaient pas sorti le tapis rouge pour Margareta de Roumanie. «Notre volonté est de respecter l’égalité entre tous les citoyens en même temps que leur sphère privée», explique Vincent Grandjean, le chancelier de l’Etat de Vaud qui présidait la cérémonie.

Pas de traitement de faveur non plus. La princesse héritière fera donc la queue comme tout le monde jusqu’aux guichets pour y déposer ses documents officiels et recevoir, en échange, une étiquette à coller sur son torse avec son nom et son prénom. «C’est pour qu’on vous dirige correctement jusqu’à votre chaise», explique une intendante à la foule amassée.

Margareta préférera patienter à l’extérieur avec son mari, l’ancien acteur et écrivain Radu Duda, titré prince de Roumanie. Ce dernier la joue relax. Il ne porte ni cravate ni chaussettes dans ses mocassins. «Notre famille royale et le canton de Vaud, la Suisse, partageons une histoire commune, raconte Margareta. Je suis née à Lausanne. Je me suis mariée à Lausanne. La Suisse, c’était ma seule patrie lorsque ma famille était en exil. Aujourd’hui, je la remercie pour tout ce qu’elle a fait pour nous.» La princesse conservera les deux nationalités. «La Suisse est ma patrie d’adoption, mais j’ai le sang roumain.»

Voilà, c’est fait. Debout à la rangée No 7, face au Conseil d’Etat enfin arrivé et à l’appel de son nom, Margareta de Roumanie prête serment en levant la main droite. Son prince de mari a suivi la cérémonie avec le public depuis le balcon. Constantza, sa secrétaire particulière depuis dix-neuf ans, a immortalisé l’instant sur son smartphone depuis l’étage. Tout comme son avocat. La petite troupe royale reprendra ses quartiers dans le palais Elisabeta de Bucarest dès jeudi. La vie de princesse pourra reprendre. (24 heures)

Créé: 28.06.2017, 18h31

Une vie lausannoise

Margareta est née le 26 mars 1949 à Lausanne. Elle est la fille aînée du roi Michel 1er et de son épouse Anne. Après Margareta, la famille s’est agrandie de quatre autres princesses: Hélène en 195 0, Irina en 1953 , Sofia en 1957 et Maria en 1964 . C’est encore à Lausanne que Margareta s’est mariée en 1996 . Dans l’assistance étaient présents la reine d’Espagne, l’infante Elena, duchesse de Lugo, et son époux, la princesse Irène de Grèce, le prince Alexandre de Serbie, le roi Constantin et la reine Anne-Marie de Grèce ou encore l’impératrice Farah d’Iran. Le voyage de noces a lieu en Jordanie à l’invitation de la famille royale hachémite. C’est encore à Lausanne qu’est enterrée la reine mère Hélène depuis 1982 .

La princesse de Roumanie a succédé à son père Michel 1er, qui réside toujours à Aubonne, en 2016 à la suite de la renonciation de celui-ci et à son retrait de la vie publique pour raisons de santé, devenant ainsi chef de la maison de Roumanie et prétendante au trône.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.