Ancien journaliste à «24 heures», Yves Jault n'est plus

HommageFervent du journalisme local, le rédacteur aimait valoriser les gens. Il vient de s’éteindre, à l’âge de 80 ans.

Yves Jault était une figure immanquable

Yves Jault était une figure immanquable

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour les jeunes rédacteurs de la rubrique régionale de «24 heures», Yves Jault était une figure immanquable. Toujours prêt à commenter à haute voix un fait d’actualité, à faire rire à la cantonade avec un jeu de mots bien tourné. L’homme était généreux, qui n’hésitait pas à inviter ses collègues chez lui pour un gueuleton. Il s’est éteint dimanche, à l’âge de 80 ans.

Né à Châteaudun (Eure-et-Loir, près de Paris), Yves Jault est arrivé en Suisse au début des années 1960. Sa fille, Peggy Jault, relate qu’il avait été enrôlé en Algérie pendant deux ans. Communiste, en désaccord avec la politique hexagonale, il avait choisi de quitter la France.

Ordonné chevalier

Typographe chez Corbaz, à Montreux, il fut ensuite rédacteur à «24 heures», jusqu’au mitan des années 2000. «Le travail était toute sa vie», témoigne Peggy Jault, qui se rappelle en outre avoir été souvent «faire» des Coups de fourchette avec son père. Un souvenir très heureux.

Durant son cursus, Yves Jault s’est intéressé à l’agriculture, aux chemins de fer, à la vie lausannoise. À la fin des années 1990, il a été ordonné chevalier de l’Ordre du mérite agricole français. En 1985, il publia un ouvrage sur les étiquettes de vin, dans le droit fil de son intérêt pour l’œnologie. Le jour de ses 60 ans, il offrit d’ailleurs aux collègues de la rubrique une bouteille de vin rouge à l’étiquette de son anniversaire.

Peggy Jault raconte que son père répétait volontiers que le journalisme le plus important était celui de la proximité: «Il aimait mettre en valeur les gens.»

Créé: 14.01.2020, 18h38

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.