Passer au contenu principal

Les anti-5G appellent à manifester vendredi

Un comité plaide pour un moratoire et le boycott de téléphones 5G

La 5G: êtes-vous pour ou contre? Nous avons posé la question aux badauds lausannois qui ont un avis plutôt mitigé. Notre micro-trottoir

La vague de contestation contre la 5g prend de l’ampleur et gagne la rue. Ce vendredi, le groupe citoyen Stop 5G organise une manifestation nationale à Berne. Il appelle la population à se mobiliser pour plaider un moratoire sur l’introduction de cette technologie «jusqu’à ce qu’un nombre suffisant d’études scientifiques indépendantes aient été effectuées et aient conclu à (son) innocuité…» Les organisateurs attendent près d’un millier de personnes tout près du Palais fédéral, sur la Waisenhausplatz, dès 18 h 30.

Ce mercredi, le groupe conviait les médias à Berne pour expliquer ses vives préoccupations alors que les opérateurs, Swisscom en tête, ont commencé à déployer la nouvelle technologie. Ils en appellent au respect du principe de précaution alors que ses effets sur la santé n’ont pas encore été testés.

«Nous ne voulons pas servir de rats de laboratoire», lance Tamlin Schibler Ulmann, membre du groupe, qui s’engage en tant que «mère, amoureuse de la terre et de la nature». Quand j’ai vu que l’on faisait passer le profit avant la vie, en dépit de toute considération sanitaire et environnementale, mon sang n’a fait qu’un tour.»

L’impulsion pour la création du groupe Stop 5G est partie de Suisse romande il y a près d'un mois. Des Alémaniques ont depuis rejoint l'équipe de citoyens inquiets, composée notamment d'ingénieurs ou de juristes. Il compte en tout une dizaine de membres. «Et nous ne cessons de grandir», relate Tamlin Schibler Ulmann. Sabine Glauser, députée Verte au Grand Conseil vaudois ou le conseiller national socialiste Thomas Hardegger (ZH) leur apportent leur soutien; ils s'exprimeront vendredi lors de la manifestation.

Ingénieur vaudois et expert en electrosmog, Olivier Bodenmann tient à préciser: «Nous ne sommes pas contre la technologie, mais pour un usage raisonnable de celle-ci. Il faut mettre des garde-fous.»

La technologie 5G doit offrir un débit plus important et un temps de latence réduit. Pour ses détracteurs, les bénéfices de ces performances sont dispensables pour la population. «On avance l’augmentation des données pour justifier son installation. Cela servira avant tout aux vidéos. Mais est-ce vraiment un usage vital qui justifie un impact sur la planète et la santé?» continue Olivier Bodenmann. Le groupe Stop 5G appelle à boycotter les produits connectés et les téléphones 5G.

----------

Ma vie d'électrohypersensible

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.