Les antispécistes feront barrage au nouvel abattoir d’Aubonne

ViandeAuteure d’une vidéo qui a provoqué une remise à l’ordre de l’abattoir de Rolle, Virginia Markus fera campagne contre son projet de remplacement à Aubonne.

L'abattoir de Rolle a engagé un nouveau gérant, Raphaël Krebs, et revu sa structure.

L'abattoir de Rolle a engagé un nouveau gérant, Raphaël Krebs, et revu sa structure. Image: Sebastien Anet

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La diffusion d’images montrant des manquements dans l’étourdissement des animaux à l’abattoir de Rolle et les mesures de contrôle prises à son encontre en novembre dernier par le vétérinaire cantonal tombent plutôt mal pour la coopérative qui gère les lieux (Le Matin Dimanche du 14 janvier). Cette dernière, délogée par des projets d’urbanisation de la ville de Rolle, prévoit en effet de relocaliser l’abattoir à Aubonne, sur un terrain qui lui sera donné en droit de superficie. Elle se serait bien passée de cette mauvaise publicité, alors qu’il faut encore compléter les fonds pour construire les nouvelles installations, devisées à 2,5 millions de francs.

Ce qui a motivé l’intervention de l’État, c’est une vidéo tournée en caméra cachée au printemps 2017, durant la période pascale, par la militante antispéciste Virginia Markus. Ces images, diffusées sur les réseaux sociaux le 31 octobre 2017, montraient les tentatives infructueuses d’un employé pour étourdir un cabri au moyen d’une grosse pince électrique, avant qu’un de ses collègues ne finisse par égorger la bête encore consciente. On y voit aussi un agneau pendu par une patte avant sa mise à mort. Cette vidéo, transmise au Service de la consommation et des affaires vétérinaires, a suscité une réaction immédiate du vétérinaire cantonal, Giovanni Peduto. Le 7 novembre, ce dernier ordonnait la fermeture de l’abattoir afin de procéder à des investigations et de prendre des mesures pour que les processus d’étourdissement soient pratiqués dans les règles.

«Il y a eu faute, ce que nous reconnaissons, mais cette faille a été mise en évidence sur des heures de tournage»

Dix jours après, sous condition qu’un nouveau responsable de l’abattage soit nommé, l’activité pouvait reprendre. Le comité de la Coopérative de l’abattoir de Rolle et environs (CARRE) licenciait le gérant et engageait pour le 1er janvier Raphaël Krebs comme nouveau responsable. Ce dernier a déjà recadré le personnel et, avec l’accord du comité du CARRE, acheté du matériel mieux adapté, comme une pince électrique pour agneau.

«Il y a eu faute, ce que nous reconnaissons, mais cette faille a été mise en évidence sur des heures de tournage», relève Pierre-André Meylan, vice-président du CARRE, qui a porté plainte pour violation de domicile.

«J’ai posé mes caméras à l’extérieur, face à des vitres, justifie Virginia Markus. J’assumerai toute suite judiciaire, car mon but n’était pas de stigmatiser ce lieu en particulier, mais de visibiliser cette chaîne de souffrance dont sont victimes les animaux, qui sentent la mort et tentent de fuir. À mon sens, avoir remplacé un maillon de la chaîne et pris des mesures pour pallier les dysfonctionnements ne sont que des mesures palliatives, symptômes révélateurs de la déresponsabilisation de toute la filière viande et lait, de l’agriculteur au consommateur».

L’auteure et militante antispéciste n’en restera pas là. Elle entend mobiliser tout le mouvement contre la construction d’un nouvel abattoir à Aubonne, destiné à remplacer celui installé depuis 1956 à Rolle. Parce que faute ou pas faute, elle estime que recréer «un lieu de mort», qu’il soit industriel ou local, n’est pas un mal nécessaire dans un pays qui a d’autres moyens de subsistances que la viande. «La tradition ne justifie pas le meurtre d’animaux, pas plus que la tradition africaine ne justifie l’excision», assène la militante.

Pas de remise en question

Les manquements de l’abattoir de Rolle pourraient-ils remettre en cause la construction d’une nouvelle unité à Aubonne? «Non, car il faut distinguer deux procédures, estime le vétérinaire cantonal, Giovanni Peduto. À Rolle, après des contrôles de l’abattage jusqu’à la fin de l’année 2017 et les procédures qui seront engagées contre les personnes qui ont commis des infractions, une nouvelle structure, qui était auparavant un peu trop lâche, a été mise en place. Pour Aubonne, on s’attend à une nouvelle structure, avec une organisation et du personnel en conformité avec l’ordonnance sur les abattoirs.»

Cette histoire jette certes une ombre sur le projet de reconstruction à Aubonne du dernier abattoir entre Lausanne et Genève – celui de Vich, privé, a aussi connu une manifestation des antispécistes en décembre dernier – mais elle pourrait aussi resserrer les liens entre les acteurs locaux. «L’État est favorable à ce projet, qui offre une solution d’abattage pour l’agriculture des régions de Nyon et Morges», rappelle Luc-Etienne Rossier, syndic d’Aubonne.

Créé: 16.01.2018, 06h44

Articles en relation

Aubonne met un terrain à disposition pour l’abattoir

Urbanisme Le Conseil communal a accepté de regrouper la future caserne, les locaux de la voirie et l’abattoir sur la parcelle où se situe l’actuelle déchetterie Plus...

L’avenir de l’abattoir régional s’éclaircit

La Côte Le plan d’affectation du terrain aubonnois qui pourrait accueillir la coopérative est mis à l’enquête. Plus...

Les futurs abattoirs se concrétisent à Aubonne

La Côte Le site d’abattage de Rolle devrait déménager près de la déchetterie aubonnoise, pour autant que le financement soit trouvé. Plus...

Les abattoirs de Rolle pourraient déménager à Aubonne

La Côte Contrainte de quitter ses locaux rollois, la Coopérative de l'abattoir régional de Rolle et Environs (CARRE) est en passe de trouver une solution. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...