«L’armée s’assoit sur les mises à l’enquête»

EoliennesLes zones de restrictions militaires provoquent la stupeur. «Un déni de démocratie», pour le municipal Jean-Yves Pidoux.

Jean-Yves Pidoux, Municipal (Verts) de Lausanne

Jean-Yves Pidoux, Municipal (Verts) de Lausanne

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un nouveau péril guette les parcs éoliens vaudois depuis vendredi. Le Département de la défense (DDPS) a dévoilé des zones d’exclusion pour les hélices géantes autour de l’aérodrome de Payerne (notre édition du 10 décembre). Il y ajoute une zone «sujette à réserves», qui couvre une partie du canton et où des études complémentaires seront exigées pour étudier les interactions possibles avec les radars militaires. Dix futurs parcs sont concernés, dont celui de Lausanne (EolJorat Sud). Réaction du municipal Jean-Yves Pidoux, chef des Services industriels lausannois.

Saviez-vous que le futur parc éolien de Lausanne était dans le collimateur de l’armée?

Non, je l’ai appris vendredi et je tombe des nues, je ne connaissais même pas l’hypothèse d’une zone «sujette à réserve». Pour le projet lausannois d’EolJorat Sud, nous avons soumis un plan partiel d’affectation (PPA) à l’enquête publique, qui a été longuement discuté, y compris dans les instances fédérales et avec Skyguide. Finalement, le parc a rempli toutes les exigences. Je trouve curieux, pour ne pas dire scandaleux, qu’une instance fédérale qui ne s’est pas prononcée durant l’enquête publique vienne après coup nous dire que des études supplémentaires seront nécessaires. L’armée s’assoit visiblement sur les procédures de mise à l’enquête publique et ignore le fonctionnement de la démocratie. Cela relève de l’amateurisme.

Est-ce que la Ville de Lausanne devra payer pour l’étude complémentaire?

J’ignore quelles études l’armée entend exiger. Le projet de PPA a été porté devant la justice cantonale par les opposants pour des motifs liés au bruit, au paysage et à la faune. Même si le tribunal demande des études complémentaires, elles ne seront certainement pas liées aux exigences de l’armée. A supposer que nous soyons obligés de passer davantage de temps et de dépenser de l’argent pour les études requises par le Département fédéral de la Défense, alors nous lui demanderions des dédommagements. On ne peut pas être incompétent et, en plus, faire payer son incompétence aux autres!

Pensez-vous qu’il y ait dans ce dossier une volonté délibérée de nuire à la stratégie énergétique 2050?

Les militaires sont un peu sur une autre planète, je ne suis pas sûr qu’ils comprennent la politique, ni qu’ils s’intéressent à la question énergétique. Mais je ne veux faire aucun procès d’intention, je me borne à constater une incurie.

Créé: 12.12.2016, 19h07

Articles en relation

L’armée parachute une étude contre les éoliennes

Colère Sans crier gare, le Département de la défense déboule avec une carte d’exclusion et de restrictions des éoliennes. Le Conseil d’Etat vaudois est fâché par le timing et le procédé. Plus...

«Le message de Berne pour les éoliennes est catastrophique»

Jacqueline de Quattro Une étude du Département de la Défense confirme que les avions militaires de Payerne empêcheront certains parcs vaudois de voir le jour. Colère de la conseillère d'Etat. Plus...

Le WWF et Suisse Eole vont faire front commun

Energie éolienne Les deux parties s'engagent pour la réalisation du plan de l'Alliance Environnement prévoyant 400 éoliennes en 2035 Plus...

Pourquoi l’armée frappe les éoliennes vaudoises

Energie Un courrier du Département de la défense sème l’émoi chez les partisans d’Eole. Cette fois-ci, c’est un des plus grands projets éoliens qui est visé. La situation est complexe. Plus...

Un vent favorable souffle sur les éoliennes de La Vallée

Soutien populaire Le oui des citoyens du Chenit à l’implantation de sept éoliennes, ce dimanche, apporte des vitamines au projet. Mais le futur parc, situé dans un paysage protégé, est loin d’être réalisé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...