L’armée vole au secours des vaches accablées par la canicule

Suisse La troupe est mobilisée pour abreuver le bétail. Sur l’alpage, les troupeaux souffrent.

Dans l’alpage au-dessus de L’Abbaye, le pâturage est pratiquement brûlé.

Dans l’alpage au-dessus de L’Abbaye, le pâturage est pratiquement brûlé. Image: Dominic Favre

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Seuls les sapins rappellent encore au visiteur qu’il est dans le Jura. Pour le reste, les pâturages brûlés sont plus proches de la carte postale andalouse que de celle du Jura. Une balade sur les alpages qui bordent la vallée de Joux illustre la sécheresse qui frappe la région. La situation est telle que l’armée a été appelée pour installer et alimenter des réservoirs d’eau destinés au bétail.

En plein cagnard, les vaches, justement, limitent leurs exercices physiques aux battements d’oreilles qui les débarrassent des mouches. «Leur zone de confort va de moins 5 à plus 20 degrés, en dessus elles ne sont vraiment pas très bien», relève Guy de Charrière. Cet agriculteur de Sévery a une cinquantaine de laitières, des montbéliardes, sur un alpage au Mont-Tendre. Avec la chaleur, elles produisent moins de lait. «Entre 15 et 20% de moins», évalue le paysan. Les fortes températures seraient aussi à l’origine d’un plus grand nombre de fausses couches.

Il n’y a plus de rosée

Une vache boit entre 100 et 150 litres par jour. Et c’est plutôt la limite supérieure avec la canicule. Surtout, la rosée du matin a disparu. Celle-ci contribue, en temps normal, à hydrater les vaches. «Cela fait déjà quinze à vingt jours que je dois leur monter de l’eau, j’arrive à près de 200'000 litres, chiffre Guy de Charrière. Cela coûte cher en transport.»

Le fourrage devient aussi un problème. Il n’y a plus grand-chose à brouter. A la montagne comme en plaine. «Nous sommes obligés d’entamer les réserves que nous avons faites pour l’hiver prochain», indique l’agriculteur de Sévery. Une partie de son troupeau est gardée à la ferme. «Mes vaches sont en stabulation libre, mais elles ne sortent plus, même la nuit, elles préfèrent rester dedans. Si cela continue, je ne sais pas ce qu’il va falloir inventer, des brumisateurs…»

Situation pire qu’en 2003

Guy de Charrière voit donc d’un très bon œil le dispositif que l’armée est en train de mettre en place à la Vallée. «Cette opération répond à une situation extrême, estime le paysan. C’est pire que lors de la canicule de 2003. Surtout, cette sécheresse intervient plus tôt dans la saison.» Lundi, les premiers éléments du procédé étaient opérationnels. Deux réservoirs de 35 m3, alimentés par l’eau du lac via une motopompe, ont été installés. L’un au Pont et l’autre à L’Abbaye. Celui-ci trône devant l’Hôtel de Ville de la commune. Les agriculteurs peuvent ainsi venir puiser dans cette grosse piscine orange. Guy de Charrière devrait s’y ravitailler dès demain.

Ce sont les troupes de sauvetage qui ont été engagées. Elles disposent du matériel adéquat. «Les pompiers n’ont pas d’aussi grosse pompe que nous», lâche un appelé. Il fait partie des neuf soldats rattachés à l’engin qui sert à remplir le bassin avec l’eau de lac. En effet, les pompes de l’ECA sont nettement plus petites. Ces dernières sont utilisées pour transvaser l’eau de réservoir vers les citernes des agriculteurs. Un boulot qui revient à un homme de la protection civile. Chacun a une tâche bien définie chez les gens en uniforme.

L’opération de l’armée devrait monter en puissance aujourd’hui. Six bassins supplémentaires de 53 m3 seront progressivement mis en service dans le secteur Saint-Cergue-Provence. Loin du lac, ces réservoirs seront alimentés par hélicoptère. (24 heures)

Créé: 20.07.2015, 22h22

Plan sécheresse

Urgence Le Canton a annoncé vendredi la mise en œuvre de mesures d’urgence pour faire face aux conséquences de la sécheresse qui durera au moins jusqu’à fin juillet. D’ici là, les prévisions météorologiques ne laissent pas entrevoir de précipitations suffisantes.

Bétail L’alimentation en eau du bétail sur les alpages du Jura vaudois devient problématique. Depuis hier, deux bassins d’approvisionnement de 35 m3 sont à la disposition des agriculteurs au Pont et à L’Abbaye, à proximité du lac de Joux où l’eau est puisée par motopompe. Plus haut en altitude, six autres bassins de 53 m3 sont en cours d’installation entre Saint-Cergue et Provence. Leur remplissage sera assuré par trois hélicoptères Super Puma de l’armée.

Plaine Depuis vendredi, le pompage agricole en rivière est interdit. Tout comme le sont les feux sur l’ensemble du territoire.

Articles en relation

Nouvelle alerte à la canicule en Suisse

Météo MétéoSuisse vient de lancer une alerte de degré 3 sur 5 sur une nouvelle vague de chaleur qui devrait durer jusqu'à mercredi soir. Plus...

Canicule: la chaleur pèse sur les forêts et les hommes

Alerte canicule MétéoSuisse a augmenté son niveau d'alerte caniculaire. Depuis le début de l'année, 26 nageurs ont trouvé la mort et les feux de forêt sont interdits. Plus...

Genève et Vaud déclenchent l'alerte canicule

Services sanitaires Pour la seconde fois depuis le début de l'été, les cantons de Genève et de Vaud ont activé ce mercredi leur plan canicule. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.