Contre l’arthrose du genou, une prothèse connectée

MédecineDeux chirurgiens orthopédistes lausannois ont créé une fondation pour soutenir la recherche sur cette maladie et développer une prothèse intelligente, en création.

Image d'illustration

Image d'illustration Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On ne le sait pas mais le nom de Lausanne est connu loin à la ronde pour ses recherches de pointe dans le domaine de l’arthrose, première cause de consultations après les maladies cardiovasculaires. Spécialiste de la chirurgie de la hanche et du genou et directrice du Swiss BioMotion Lab, la professeur Brigitte Jolles-Haeberli et son équipe au CHUV, en collaboration avec l’EPFL et avec le soutien du Fonds national de la recherche, développent une prothèse du genou intelligente et connectée. «Elle permettra d’optimiser la rééducation et la récupération après l’opération prothétique du genou», explique la spécialiste qui a une double formation en ingénierie médicale et en chirurgie orthopédique.

De son côté, le professeur Constantin Schizas, spécialiste de la chirurgie de la colonne vertébrale, a mené des recherches pointues sur le rétrécissement (sténose) du canal lombaire dû à l’arthrose et sur l’origine des douleurs qui y sont associées. Une partie de ses travaux, connus sous le nom de «Classification de Lausanne», indiquent dans quelle situation bien précise une chirurgie sera bénéfique, ou ne le sera pas. Les deux chirurgiens orthopédistes seront les orateurs de la prochaine conférence médicale organisée par «24 heures» et le Groupe Hirslanden*.

Planification en 3D

Dans le domaine de la chirurgie prothétique de la hanche et du genou, les progrès réalisés ces dernières années l’ont été dans le domaine des matériaux utilisés pour les prothèses. «À l’avenir, les avancées seront surtout liées à la planification de l’intervention en 3D, à la chirurgie robotique et à la mise au point de prothèses connectées, affirme la Dr Jolles-Haeberli. Grâce à des capteurs insérés dans la partie intermédiaire de la prothèse du genou, il sera possible d’analyser les mouvements et les forces en jeu quand le patient marche ou exerce une activité sportive. Ces informations permettront d’orienter au mieux la rééducation, d’observer le comportement du genou lors de la reprise d’un sport ou encore de détecter assez tôt les phénomènes d’usure.» Des jambes douloureuses lors de la marche, tels sont généralement les symptômes du rétrécissement du canal vertébral. «L’espace nécessaire au passage des nerfs issus de la moelle épinière est diminué, ce qui comprime les structures nerveuses et provoque des douleurs dans les jambes, explique le Dr Schizas. L’opération consiste à faire de la place pour les nerfs en enlevant l’os arthrosique. Mais les symptômes douloureux peuvent avoir d’autres causes, d’où l’importance de poser les bonnes indications afin de ne pas opérer inutilement.»

Les travaux du Pr Schizas ont apporté des connaissances essentielles afin d’éviter de proposer aux patients une chirurgie alors qu’elle n’a que peu de chance de se révéler bénéfique. «Grâce à nos travaux sur des patients du canton de Vaud pour lesquels on a étudié la relation entre les images IRM de la colonne avant l’opération et le résultat clinique de celle-ci, nous avons pu définir quels sont les types de patients qui vont le mieux répondre à la chirurgie. Le succès de l’intervention dépend notamment de la morphologie des nerfs, différente d’un individu à l’autre.»

Les deux spécialistes ont créé la Fondation Profectus pour promouvoir les progrès au service de la mobilité des patients et surtout récolter des fonds à cet effet. Pour la mise au point de la prothèse du genou intelligente et connectée, il faudrait près de 2 millions de francs. Un partenaire industriel a déjà été trouvé. «Dans l’idéal, l’implant pourrait être mis sur le marché dans deux ans si les fonds étaient à disposition», indique la Pr Jolles-Haeberli. F. BG

* Chirurgie high-tech du genou, de la hanche et du dos, de la recherche à la clinique

Conférence avec les professeurs Brigitte Jolles Haeberli et Constantin Schizas, me 20 juin, 20 h, Hôtel Alpha-Palmiers, Lausanne. Entrée libre

Créé: 13.06.2018, 16h20

En collaboration avec Hirslanden

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

CarPostal franchit la ligne, paru le 16 juin
(Image: Valott) Plus...