Une association d’ici reforeste l’Amazonie

EcologiePour la 5e année consécutive, Nicefuture organise son forum G21 mercredi et jeudi. L’occasion de lancer son projet de plantage d’arbres au Brésil. Explications.

A gauche: Barbara Steudler, directrice de Nicefuture et Almir Surui, chef de clan de la tribu amazonienne. A droite Julio Surui, un autre chef de clan et Thomas Pizer, directeur d'Aquaverde.

A gauche: Barbara Steudler, directrice de Nicefuture et Almir Surui, chef de clan de la tribu amazonienne. A droite Julio Surui, un autre chef de clan et Thomas Pizer, directeur d'Aquaverde. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pas moins de 10'000 arbres devraient être plantés dans quelques mois en Amazonie grâce au projet né dans une autre forêt, plus modeste, celle de Bois Genoud. C’est en effet à Crissier, à l’orée du bois, que l’association NiceFuture a désormais ses quartiers. Le projet NiceForest y est donc né, suite à une rencontre entre Barbara Steud­ler, directrice de l’association, et Almir Surui, chef de clan de la tribu des Paiter Surui. Cette population de 1400 âmes vit dans le Rondônia, un Etat du Brésil. Elle mène une lutte tenace pour éviter une déforestation massive de son habitat, qui s’étend sur 250'000 hectares.

Sensible à cette cause, Barbara Steudler a décidé de leur venir en aide. Depuis cinq ans, la jeune femme organise chaque année le G21: «le rendez-vous de l’économie et de la durabilité en Suisse». Il réunit différents experts et propose des conférences et des débats sur des thématiques liées à l’environnement, à la consommation, au développement durable, entre autres. «J’ai envie de créer un véritable lien entre la Suisse et l’Amazonie avec un projet concret qui s’inscrit dans la durée. Nice­Forest devrait s’étaler sur trois ans. Nous souhaitons non seulement financer 10'000 arbres qui seront plantés sur place, mais également organiser des balades dans nos forêts en compagnie d’Almir Surui, par exemple.»

Un projet ambitieux
Le chef amazonien, fraîchement arrivé du Brésil, donnera une conférence demain dans le cadre du G21. «NiceForest s’inscrit dans un plan plus large de développement durable établi par la tribu surui et qui court sur cinquante ans, explique le chef de clan. Nous voulons reboiser, éviter la déforestation et protéger notre territoire des bûcherons illégaux. La pression financière exercée par les paysans est énorme. Nice­Forest présente plusieurs avantages pour mon peuple. D’une part, il sera rémunéré pour planter les arbres. D’autre part, ces derniers devenus grands vont produire de quoi nous nourrir. Ils permettront également de lutter contre les changements climatiques.»

Pour parvenir à réaliser ce projet ambitieux, Almir Surui et NiceFuture ont fait appel aux compétences d’Aquaverde. Cette association genevoise est déjà active dans d’autres projets en lien avec le peuple surui. «Nous faisons des recherches de fonds et apportons du soutien à la tribu, explique Thomas Pizer, son directeur. Nous agissons également en tant que garants pour nos partenaires.» Les personnes intéressées à contribuer à planter cette forêt «suisse» en Amazonie peuvent acheter un spécimen pour 15 francs. Les premières essences devraient être mises en terre en décembre. «Une fois la forêt plantée, j’aimerais inviter Doris Leuthard sur place», imagine Barbara Steudler.

aquaverde.org pour acheter un arbre et en savoir plus sur les Surui.
Le forum G21 se tient à l’IMD et à la HEP, à Lausanne. www.nicefuture.com

Créé: 01.07.2015, 11h37

Allier économie et écologie

Le forum G21 a lieu mercredi et jeudi. Il réunira une centaine d’experts venus proposer des conférences et des ateliers participatifs. Parmi les têtes d’affiche, Claude Nicollier viendra parler de la Terre vue de l’espace mercredi matin (mais la matinée affiche déjà complet). L'après-midi, plusieurs conférences et débats permettront d’explorer de nouveaux modèles économiques. A 17 h 20, par exemple, la conseillère nationale verte Adèle Thorens et l’ex-conseiller d’Etat vaudois vert François Marthaler (entre autres) viendront discuter du capitalisme: «Cause du problème et partie de solution pour demain» Jeudi, Almir Surui prendra la parole dès 9 h en compagnie de Thomas Pizer, d’Aquaverde, et de Corine Sombrun. La jeune chamane est l’auteure du livre «Sauver la planète: le message d’un chef indien d’Amazonie». Un ouvrage qui permet de mieux comprendre la lutte de la tribu des Paiter Surui. Plus globalement, jeudi sera principalement dédiée à l’avenir: 2030 et la gestion de l’énergie, de l’urbanisme, de l’entrepreneuriat. Des personnalités des mondes politique et économique seront nombreuses à prendre la parole. A cette occasion, NiceFuture propose un tout nouveau magazine: 100 visions d’experts pour imaginer la Suisse de demain (12 fr. en kiosque).


g-21.ch pour découvrir le programme complet.
Entrée: 100 fr. la demi-journée, 180 fr. la journée complète.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.