Passer au contenu principal

«L'assurance a plié, je peux commencer mon traitement»

Après deux refus, la CSS accepte de rembourser l’immunothérapie pouvant sauver Lucienne Favre-Eich.

Lucienne Favre-Eich, ici dans son atelier à Villars-Mendraz. «Je suis soulagée. Mon traitement a débuté aujourd'hui (ndlr: lundi).»
Lucienne Favre-Eich, ici dans son atelier à Villars-Mendraz. «Je suis soulagée. Mon traitement a débuté aujourd'hui (ndlr: lundi).»
JEAN-PAUL GUINNARD

L’intégralité du coût du traitement oncologique de Lucienne Favre-Eich sera pris en charge. L’assurance-maladie CSS et la firme pharmaceutique Bristol-Myers Squibb ont finalement trouvé un accord. «En route pour une prolongation de vie!» sourit la septuagénaire.

Un cancer rare et agressif

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.