Passer au contenu principal

L’Auberge sera rasée, qu’on voie le lac

La bâtisse lausannoise, en état avancé de décrépitude, sera démolie. Elle laissera sa place à une aire de loisirs.

Il aura fallu des ateliers participatifs et une consultation populaire pour en arriver là: la Municipalité de Lausanne annonce que l’Auberge de Sauvabelin, fermée depuis janvier 2015, sera finalement détruite. «Déconstruite», préfère Natacha Litzistorf, municipale du Logement, de l’Environnement et de l’Architecture. Une issue définitive dictée par l’état de décrépitude de la bâtisse, qui aurait nécessité des coûts «exorbitants» pour être simplement remise à niveau. On parle de 1,8 million de francs, alors qu’il n’en faudra que la moitié pour aménager à la place un espace «sobre, simple et plus naturel».

Depuis ces quinze dernières années, le site de Sauvabelin n’a cessé de se transformer: rénovation de la tour, renaturation des berges du lac, agrandissement de la terrasse de la Pinte voisine, aménagement de la place de jeux… «L’idée est de tendre vers toujours plus de naturel tout en gardant un caractère récréatif fort», précise Natacha Litzistorf. Fort est de constater que l’Auberge, qui ressemblait à un mignon chalet à sa construction en 1891, avec un accès ouvert au lac, n’a pas suivi la même évolution au fil du temps. Le volume a augmenté, le toit a été changé, un muret s’est dressé, une terrasse et une véranda ont vu le jour. Tant et si bien qu’aux yeux des autorités l’Auberge aujourd’hui «en bout de course» est devenue un «obstacle» entre la Pinte, le lac et la place de jeux. Leur verdict est tombé. Il est sans appel.

L’Auberge sera donc «déconstruite». Une attention particulière sera ainsi portée à la préservation de l’environnement naturel pendant le chantier qui se voudra «exemplaire», notamment en ce qui concerne les émissions de bruit et de poussière. Le plus grand nombre possible d’éléments sera recyclé, réutilisé ou récupéré, pour l’Auberge de Beaulieu par exemple, histoire de lui donner une seconde vie. Un point de récolte gratuit sera également proposé à la population. Enfin, le chantier de déconstruction verra la participation de jeunes, qu’ils soient étudiants ou apprentis. Un partenariat est d’ores et déjà envisagé avec des élèves de l’École des métiers de Lausanne, section bois, pour l’habillage d’une extension prévue de la Pinte pour accueillir frigos, marchandises et poubelles jusqu’à présent stockés dans l’Auberge.

Pour aménager l’espace laissé libre par la déconstruction de l’Auberge, les autorités assurent avoir entendu les attentes des 500 Lausannois qui ont participé à la consultation populaire sur l’avenir du site. L’espace sera ouvert sur le lac, il y aura des tables et des chaises amovibles pour pique-niquer, des grils, des arbres apporteront de l’ombre et les gens ne seront pas obligés de consommer. Une nouvelle aire de loisir, en quelque sorte, que viendront animer des concerts, des conférences ou des expositions. La perte de l’offre de l’Auberge sera compensée par un renforcement de la Pinte et une offre culinaire complémentaire grâce à de la restauration mobile et saisonnière, genre food-truck.

Inauguration fin 2019

Côté planning, la mise à l’enquête des travaux à entreprendre aura lieu ces prochains jours. La déconstruction de l’Auberge est prévue entre août et octobre, l’aménagement de l’espace libéré entre octobre et décembre pour une inauguration du site en fin d’année.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.