Quel avenir pour le restaurant de Crissier?

Décès de Benoît ViolierLa mort de Benoît Violier est une «perte immense» pour la région vaudoise.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le décès de Benoît Violier a suscité une énorme vague d'émotion, soulignant la notoriété mondiale du chef de Crissier. Beaucoup s'interrogent sur l'avenir de l'Hôtel de Ville sans sa figure de proue. André Kudelski affirme sa confiance dans une équipe exceptionnelle.

«Les anges vont se régaler avec toi, mais moi j'ai perdu un ami»: lundi au lendemain du suicide de Benoît Violier à 44 ans, des anonymes sont venus déposer des fleurs sur le pas de la porte de l'Hôtel de Ville de Crissier (VD), trois étoiles au Michelin et sacré «meilleur restaurant du monde» en décembre par «La Liste».

L'émotion est très vive et les messages de sympathie ont afflué du monde entier, de la part de ses pairs, mais aussi de personnalités diverses, de simples amateurs ou d'un public frappé par la tragédie d'un homme aux qualités unanimement louées.

Une tragédie

A la tristesse s'ajoutait l'incompréhension de la quasi-totalité des interlocuteurs, tant Benoît Violier débordait de passion, d'énergie et de projets.

Face au drame, les pensées sont allées en premier aux proches. «C'est une tragédie humaine, je pense à sa femme, à son fils», a déclaré le conseiller d'Etat vaudois Philippe Leuba. Le chef franco-suisse Benoît Violier était «un homme profondément vrai, fidèle à lui-même alors qu'il était connu partout».

Une très grande tristesse

Très touché, l'industriel André Kudelski n'a pas caché sa peine. «C'est une très grande tristesse. C'est quelque chose que l'on ne comprend pas. La vie humaine reste un mystère et même quand on pense connaître des personnes, on ne sait peut-être pas tout», a reconnu celui qui s'investit depuis longtemps dans l'aventure de l'Hôtel de Ville.

Questionné sur le futur de l'établissement, qui est aussi une petite entreprise de plusieurs dizaines d'employés, André Kudelski a souligné qu'il voulait regarder l'avenir et faire «confiance à l'exceptionnelle équipe» de l'Hôtel de Ville.

Construit pour durer

A Crissier, «il y a une créativité, une émulation qui a eu lieu depuis des années. C'est clair que tout le monde est sous le choc. Mais ce qui a été bâti par Benoît Violier a été construit pour durer, pas pour être éphémère. C'est extrêmement important de faire confiance à ceux en qui Benoît Violier avait confiance», a affirmé André Kudelski.

Ce n'est pas une question d'argent, d'investissement, «c'est une question humaine, c'est une très belle aventure humaine. Il y a des personnes, il y a des familles, il faut faire avec», a souligné le patron vaudois.

Des craintes pour la suite

Malgré ces paroles rassurantes, l'interrogation sur l'avenir du restaurant taraudait bien des esprits. «C'est la grande inconnue», selon Gérard Rabaey. «Il faut un chef, un général dans des maisons comme ça, il faut du charisme. Même s'il a de bons ouvriers, est-ce que cela ne sera pas disloqué» par ce décès, s'est demandé le chef à la retraite.

Les enjeux dépassent de loin la seule gastronomie. Toute une région est frappée par la disparition d'un de ses meilleurs éléments. «C'est une perte immense pour le canton de Vaud et son rayonnement. Benoît Violier aimait les produits du terroir, le chasselas ou les fromages d'ici. Il les faisait connaître. C'était un atout fantastique», a commenté Philippe Leuba qui n'a pas voulu se prononcer sur la suite.

Une réussite sur trois générations

Son collègue Pascal Broulis avait réagi dès dimanche soir en insistant sur tout ce que le chef étoilé a apporté au canton. Crissier est «une success story incroyable», avec trois chefs hors normes qui se sont succédé au plus haut niveau: Girardet, Rochat (décédé brutalement en juillet dernier) et Violier. «Il avait encore 20 ans devant lui pour faire des choses extraordinaires, exceptionnelles». (ats/nxp)

Créé: 01.02.2016, 16h28

Articles en relation

«S'il existait une 4e étoile, Violier l'aurait eue»

Gastronomie A la retraite, l'ancien chef étoilé Gérard Rabaey se souvient de la vie dense et harassante des cuisiniers en quête de perfection. Il rend hommage à son illustre collègue Benoît Violier. Plus...

Vive émotion après le décès de Benoît Violier

Gastronomie La disparition du chef étoilé de l'Hôtel de Ville de Crissier a peiné ses collègues et bien au-delà. Les hommages affluent. Plus...

La mort de Benoît Violier fait le tour du monde

Presse internationale La presse étrangère a largement relayé le décès du chef étoilé franco-suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...