La balle perdue d’un chasseur termine sa course dans une halle

Valeyres-sous-RancesLe tireur, également gendarme, a commis une erreur. Son permis de chasse lui a été retiré sur-le-champ.

La balle a touché une des vitres de la nouvelle halle Electroval, située à côté de la route.

La balle a touché une des vitres de la nouvelle halle Electroval, située à côté de la route. Image: Olivier Allenspach

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Grosse frayeur, il y a deux semaines, pour un des ouvriers de l’entreprise Bollini, qui œuvrait sur le chantier de la nouvelle halle Electroval, à Valeyres-sous-Rances. En ce jeudi 1er décembre, aux alentours de 11 h, il entend le bruit d’une vitre brisée et des coups de feu. Remué par ces événements, il téléphone immédiatement au chef conducteur des travaux, Jean-Philippe Duquet. «Il faut revenir sur le chantier, on vient de se faire tirer dessus», lance-t-il.

«Au début, j’étais sceptique, je me suis dit que ça venait du chantier, mais, une fois sur place, j’ai retrouvé une balle entre les deux vitrages et j’ai immédiatement contacté la police», déclare Jean-Philippe Duquet. Au même moment, un groupe de chasseurs traque le sanglier en contrebas de la route cantonale reliant Orbe à Mathod. L’un d’entre eux, un homme de 25 ans, vient d’abattre une proie. Il a tiré trois coups. Une balle a touché la bête. Les deux autres ont continué leur course.

Deux impacts

C’est après avoir identifié le type de balle retrouvée entre les deux vitrages que les forces de l’ordre ont fait le lien avec le groupe de chasseurs. Et le tireur, qui officie lui-même comme gendarme, s’est immédiatement dénoncé. «Sur les trois coups tirés, une balle a effectivement terminé sa course dans la vitre du dépôt en construction, un kilomètre plus loin. Elle a transpercé uniquement le premier des deux vitrages, car elle était en fin de course», précise Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police cantonale vaudoise.

«Il faut revenir sur le chantier, on vient de se faire tirer dessus!»

De surcroît, un deuxième impact est visible sur la paroi de la halle en construction, à une hauteur de 3 ou 4 mètres. S’agit-il d’une seconde balle perdue? «Nous n’avons trouvé qu’une seule balle. Mais, pour l’instant, nous n’avons pas pu faire le lien avec cet impact», déclare Jean-Christophe Sauterel.

Un cas exceptionnel

Avec une balle perdue arrivant dans une vitre située à environ 1,80 m de haut et sur un chantier où s’activaient plusieurs hommes, on a frôlé le drame. En raison du degré de gravité de l’accident et d’une absence de plainte, le chasseur ne fera pas l’objet d’une instruction pénale. Quant à son activité de gendarme, «pour l’instant, aucune mesure n’a été prise à son encontre», note Jean-Christophe Sauterel. Reste que l’homme s’expose tout de même à des sanctions, qui seront définies une fois l’enquête terminée.

«Il y a eu dénonciation à la préfecture. Le chasseur a clairement commis une erreur et a mis en danger les biens d’autrui», remarque Frédéric Hofmann, inspecteur chasse et pêche du Canton de Vaud. C’est pourquoi il s’est vu retirer son permis de chasse sur-le-champ. Un cas rare. «C’est exceptionnel, en une quinzaine d’années, j’ai connaissance de moins de cinq cas où le permis a été retiré avec effet immédiat. Il faut dire que, en comparaison avec d’autres pays, les accidents sont plutôt rares, car le permis demande une formation importante», relève Charles-Henri de Luze, président de Diana Vaud.

Accidents isolés

Difficile de vérifier cette affirmation, puisqu’il existe uniquement des statistiques sur les accidents dont sont victimes les chasseurs. Mais il est vrai que, de ce côté-là, les blessures dues à des coups de feu sont des cas isolés. Entre 2010 et 2013, le Bureau de prévention des accidents (BPA) a compté, en Suisse, quatorze accidents de chasse mortels, principalement dus à des chutes. Deux décès uniquement résultent de coups de feu. Et, dans l’un des cas, c’est une chute qui a entraîné le déchargement de l’arme.

Concernant les accidents non mortels, pour la même période, le BPA en a comptabilisé 1157. Une arme à feu est impliquée dans seulement un sixième des cas. Et le BPA suppose qu’«il s’agit surtout de personnes blessées par l’arme elle-même et non par un coup de feu». (24 heures)

Créé: 18.12.2015, 10h47

«On peut chasser à côté d’une route»

Un groupe de chasseurs traquant le sanglier et tirant à proximité de la route cantonale: l’emplacement des tireurs peut susciter l’étonnement. Se situaient-ils dans une zone où la chasse est autorisée?

«En dehors des réserves et en période de chasse, chacun est libre d’aller où il veut, à condition de respecter la loi. Et il n’y a pas d’interdiction de chasser à côté d’une route. C’est en revanche de la responsabilité du tireur de prendre en compte l’effet ricochet», remarque Charles-Henri de Luze, président de Diana Vaud et avocat. Un chasseur n’a par contre pas le droit de poursuivre des bêtes à moins de 200 mètres des habitations occupées. Et lorsqu’il tire à balle, il n’a pas le droit d’appuyer sur la détente au-delà de 250 mètres de l’animal. Lors d’un tir à grenaille, cette distance s’abaisse à 40 mètres.

Articles en relation

Peine doublée pour le chasseur qui a tiré sur un homme

Broye Le chasseur qui avait blessé grièvement un homme dans un champ en le confondant avec un sanglier écope de 12 mois de détention. Il avait été condamné à 6 en première instance. Plus...

«Pour moi, j'ai tiré sur un sanglier, pas sur un homme»

Procès Le chasseur qui avait ouvert le feu sur un cultivateur de chanvre a tenté de se justifier vendredi devant le tribunal de police Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.