La banque cantonale fribourgeoise rachète le bâtiment Switcher

FailliteEstimé à 4 millions, le lot a été vendu aux enchères 250'000 francs de plus

La surface de l’ex-immeuble Switcher, construit en 1983, fait plus de 3700 mètres carrés

La surface de l’ex-immeuble Switcher, construit en 1983, fait plus de 3700 mètres carrés Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'affaire a été pliée en à peine 5 minutes. Mardi matin, Pascal Chavaillaz, commissaire- priseur à l’Office des faillites de l’arrondissement de Lausanne, a procédé à la vente aux enchères publiques de l’immeuble Switcher, moins de deux ans après la faillite officielle de la marque à la baleine. Sur la base du rapport d’experts, le lot sis au Mont-sur-Lausanne avait été estimé à 4 millions, alors que son estimation fiscale se montait à 1 million de plus.

Après une première enchère au culot à 100'000 francs proposée par une agence immobilière du Mont-sur-Lausanne, les choses se sont rapidement emballées. «4 millions», a ensuite lancé un représentant de la Banque Cantonale Fribourgeoise (BCF). Principale créancière de la défunte marque à la baleine, la BCF entendait racheter le bâtiment pour tenter de rentrer dans ses frais. Une surenchère de 10'000 francs de l'agence immobilière intéressée n'y changeait rien, la banque surenchérissant à 4,25 millions dans la foulée.

Dans le détail, l'immeuble mis en vente se compose d'une halle de stockage, des installations sportives – en particulier des halles de squash –, une cafétéria ainsi que des surfaces de dépôts et de bureaux. A noter qu'aucun autre créancier de Switcher, parmi lesquels l'ECA, la Commune du Mont-sur-Lausanne, n'a fait d'offre. Même mutisme du côté de la Coopérative des producteurs de lait de Lausanne et environs (CPL), qui aurait pu être prioritaire dans cette affaire. L'entité est en effet propriétaire de la parcelle sur laquelle s'exerce le droit de superficie distinct et permanent (DDP) la parcelle où se trouve le désormais ex-bâtiment Switcher.

C'en est donc fini de la présence de la marque sur les hauts de Lausanne. Pour autant, Switcher n'a pas totalement disparu. En plus de l'éleveur qui avait fait main basse sur le stock et qui a encore des milliers d'articles à vendre, werk5, la société bernoise qui a acquis une licence d’exploitation de la marque en Suisse auprès de son propriétaire, la société Vee Dee, à Singapour, propose toujours des vêtements à la baleine jaune sur son site.

(24 heures)

Créé: 13.02.2018, 16h02

Articles en relation

Le bâtiment Switcher sera vendu aux enchères

Le lot comprend aussi d’importantes surfaces de dépôts, de bureaux, une halle et des installations sportives Plus...

[VIDÉO] «Ecouler le stock Switcher va me prendre dix ans»

L’éleveur qui a fait main basse sur une partie du stock Switcher table sur une quinzaine de ventes pour liquider le tout Plus...

[VIDEO] Un boucher fait main basse sur les Switcher des Balkans

Gros-de-Vaud Patrick Perroud a racheté plus de 300 palettes, bourrées des fameux vêtements à la baleine jaune, destinées à l’Albanie et au Kosovo. Son but: qu’ils profitent aux Vaudois. Plus...

Une lutte intestine ronge Switcher

Economie Sous le feu de la critique alors que la société est au plus mal, un membre de la famille indienne qui détient Switcher a décidé de parler. Plus...

L’emblématique Switcher ne paie plus ses employés

Economie Les salaires n’ont pas été versés le mois dernier, les fournisseurs ne sont plus payés. Le directeur a quitté la société et les patrons indiens, eux, ne donnent plus signe de vie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Laeticia et l'héritage de Johnny
(Image: Valott) Plus...