Me Barillon dénonce les manipulations de Dubois

JusticeA deux jours du procès de Claude Dubois, «24 heures» a pu consulter son acte d’accusation.

Me Jacques Barillon, avocat de la famille de Marie.

Me Jacques Barillon, avocat de la famille de Marie. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Marie a hurlé: «Non, laisse-moi!» avant de partir en courant. Claude Dubois est alors sorti de sa voiture, l’a rattrapée, l’a ceinturée et l’a enlevée. «Aidez-moi, au secours!» crie encore la jeune femme, tandis que la voiture de son ravisseur démarre en trombe. La scène se passe au bout de la route qui mène au Golf de Payerne, le 13 mai 2013.

Quelques heures plus tard, dans un huis clos insoutenable, Claude Dubois explique en détail à Marie comment il a déjà tué une première fois. C’était en 1998. Le jeune Clau­de Dubois, 21 ans à l’époque, entretient une relation passionnelle avec une femme de 31 ans et ne supporte pas qu’elle décide de rompre. Il la suit, la traque et la menace. Il finira par l’enlever et par la violer, avant de l’abattre de cinq balles.

Si vous êtes sur mobile, cliquez ici

Retour en 2013. Après avoir annoncé à Marie qu’elle allait, elle aussi, mourir, le récidiviste la séquestre dans sa voiture durant plus de six heures. Là, il l’embrasse de force en lui caressant la poitrine. Un bout du rouleau de scotch acheté quelques heures avant l’enlèvement sera ensuite collé sur les lèvres de la jeune femme.

Le dernier souffle de Marie

Claude Dubois finira par étrangler Marie avec sa propre ceinture en lui pinçant le nez. Il ira même, comme pour imprimer plus de force à son étreinte, jusqu’à appuyer son genou sur les bras de sa victime, dont le corps est secoué de spasmes. Comble de l’horreur, le prévenu change plusieurs fois de position et devra s’y reprendre à deux fois, la boucle de la ceinture ayant glissé. L’agonie de Marie durera plus de dix minutes.

Il est 4 heures du matin, ce mardi 14 mai 2013, lorsque la jeune Marie rend son dernier souffle, dans le bois de la Scie, en terre fribourgeoise. Claude Dubois enlève ensuite le scotch qu’il avait placé sur la bouche de sa victime et lui défait toutes ses entraves avant de la laisser en forêt. Il sera arrêté quelques heures plus tard, au ter­me d’une course-poursuite.

Cette description des faits à glacer le sang provient de l’acte d’accusation de Claude Dubois, dont 24 heures a pu prendre connaissance. Dès lundi, le récidivis­te, renvoyé devant le Tribunal criminel notamment pour assassinat, devra répondre de ses actes.

Une relation malsaine

Outre les conditions de leur rencontre, l’acte d’accusation décrit une relation qui devient vite malsaine. Jaloux, possessif, Claude Dubois mandate un détective privé pour espionner Marie, la suit et fouille dans ses affaires. Il ne ménagera pas non plus ses efforts pour tenter de se procurer une arme. Mais le document suggère également que Marie aurait pu vendre ses charmes et que Dubois l’aurait rencontrée dans ce cadre. «L’acte d’accusation est une base. Tout se jouera pendant les débats, le réquisitoire et les plaidoiries», répond Me Jacques Barillon, avocat de la famille de Marie, qui ne croit pas à la thèse selon laquelle Marie cherchait des clients sur la Toile. «C’est le principal cheval de bataille de Dubois. Il s’inscrit dans sa stratégie monstrueuse qui consiste à faire le procès des autres, au premier rang desquels sa victime. Une adolescente a souvent, on le sait, une vie fantasmée, et les réseaux sociaux, les blogs et certains sites propulsent les jeunes dans un monde virtuel. Ce qui est certain en revanche, c’est que ce terrifiant personnage a toujours su qu’il trouverait des proies idéales dans ce vivier – les blogs, les sites, etc.»

Mais si le ténor du barreau genevois salue la retenue du procureur général Cottier, qui a rédigé l’acte d’accusation, il n’est pas certain de pouvoir en faire autant la semaine prochaine. «Eric Cottier a rédigé un acte très mesuré et sobre. Cela ne me surprend pas, c’est un magistrat objectif et loyal. Sa retenue l’honore. Je ne suis pas certain d’être capable de la même sérénité pendant les débats, ni même d’en avoir envie. Dubois a fait preuve d’une telle outrance pendant l’instruction, et son défenseur – Me Parein n’a été rejoint par Me Hayat que pour le procès lui-même – n’a pas su ou pu le contenir.»

«Un dangereux pervers»

Il faut dire que le prévenu, qui est allé jusqu’à annoncer à Marie qu’elle allait mourir, ne suscite aucune pitié à l’avocat de la famille de Marie. «Cela en dit assez long sur la dimension sadique du meurtrier, sa perversité, sa faconde. Je tiens Dubois pour un dangereux pervers narcissique, trait de personnalité encore renforcé par sa culture et son intelligence, laquelle se situe au-dessus du niveau de celle des tueurs ordinaires», dénonce l’homme de loi, pour qui le prévenu obéissait à un plan bien précis. «Les débats établiront que Dubois, roi de la manipulation et habile stratège, avait tout planifié. Son comportement dans les moments qui ont suivi sa sauvage tuerie le démontre», poursuit l’avocat, qui s’attend à une rude bataille. «Je m’y prépare de la même manière que pour toutes mes affaires, qu’il s’agisse de dossiers criminels ou d’affaires civiles. La base est d’avoir une parfaite connaissance du dossier. C’est d’autant plus vrai dans ce cas que Dubois le connaît par cœur. Je l’ai vu en remontrer aux enquêteurs et à son propre défenseur sur ce point. Ensuite, c’est un peu le saut dans l’inconnu. Il faut être prêt à tout et, avec Dubois, ce n’est pas un vain mot.»

Enfin, Me Barillon est persuadé que le prévenu ne se serait en réalité jamais attaché à sa victime, contrairement à ce que laisse entendre l’acte d’accusation. «Dubois ne s’est jamais attaché qu’à lui-même. Dans les rares moments où il parvient à contenir son ego, il condescend à établir un dialogue avec les enquêteurs, parfois à répondre vraiment à leurs questions et non pas à les esquiver. C’est un homme qui regarde de haut policiers et procureurs. Il aime narguer les premiers et décrier les seconds. Dubois ne laissera à personne, ses défenseurs inclus, le soin d’assurer sa défense. Ce procès, c’est un peu son jour de gloire. Il pourrait être aussi son chant du cygne.»

Contactés, Mes Hayat et Parein n’ont pas répondu à nos sollicitations.

Créé: 05.03.2016, 08h17

Dossiers

Articles en relation

Me Hayat, le joker de dernière minute de Claude Dubois

Affaire Marie L’avocate genevoise de renom a été nommée 2e avocate d’office du meurtrier. Une course contre la montre pour se préparer. Plus...

Qui se cache derrière cet homme discret devenu assassin?

Procès Claude Dubois Il n’avait que 21 ans lorsqu’il a tué la première fois. Derrière cet homme décrit parfois comme un solitaire discret se cache un psychopathe redoutable. Plus...

L'internement à vie sera-t-il prononcé à l'encontre de Claude Dubois?

Procès Claude Dubois Le véritable enjeu du procès de Claude Dubois ne réside pas dans les infractions retenues contre lui, mais dans la question d’un internement à vie. Plus...

Claude Dubois a eu accès à des données qui lui étaient interdites

Justice Le meurtrier présumé a pu consulter des données relatives à sa victime, grâce à une bourde de son avocat. Malaise. Plus...

Claude Dubois joue son va-tout avec de curieuses demandes

Justice Le prévenu aurait souhaité délocaliser son procès ou être soumis à une IRM. La justice refuse, ses requêtes pourront être reformulées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.