A Belmont, le chantier géant fait souffler un vent de panique chez les propriétaires

ImmobilierDes riverains, qui craignent que les travaux de l’A9 ne dévaluent leur bien, veulent vendre. Des pros de l’immobilier tempèrent

Les nuisances du futur chantier du pont de la Paudèze et du tunnel de Belmont inquiètent nombre de riverains.

Les nuisances du futur chantier du pont de la Paudèze et du tunnel de Belmont inquiètent nombre de riverains. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les premiers coups de pioche des travaux pharaoniques prévus à Belmont ne résonneront pas avant 2025, mais ils inquiètent déjà nombre de propriétaires. Craignant que le chantier ne fasse chuter le prix de leur bien, ils cherchent à vendre. Marc ( prénom d’emprunt ) est de ceux-là. L’homme, qui vit sur les hauts de la commune, a mis son appartement en vente il y a plusieurs mois.

Une fois par jour, au moins, il scrute les principaux sites immobiliers sur le Net en visant prioritairement sa commune. Le père de famille ne cherche pas de nouveau logement, il «guette le marché» et scrute surtout les autres biens qui ressemblent à celui qu’il désire quitter. Ces derniers jours, il en a comptabilisé une bonne demi-douzaine.

Perte de valeur

Pour le quinquagénaire, le responsable de cette situation est tout trouvé: le chantier titanesque prévu entre Vennes et Belmont. C’est d’ailleurs cette perspective, et toutes les nuisances qui vont avec, qui ont précipité son choix de vendre. Censés durer dix ans sept jours sur sept, de jour comme de nuit, et devisés à 800 millions, les travaux prévus par la Confédération doivent assainir le tronçon de l’autoroute A9 Vennes-Belmont. Sans oublier l’élargissement du tunnel de Belmont pour y glisser une troisième voie autoroutière dans les deux sens.

Depuis l’annonce du chantier et la pluie d’oppositions qui a suivi, l’éventuelle perte de valeur du parc immobilier situé à proximité a suscité de nombreuses craintes. À entendre Marc, qui requiert l’anonymat «pour éviter toute publicité négative», ces angoisses sont désormais une réalité.

Dans la commune, son cas n’est pas isolé. Marianne Jonquière, qui vit au sentier de l’Épine, à quelques mètres du tunnel, voulait elle aussi vendre sa maison. Avant de se raviser. «À cause des futures nuisances, mon bien a perdu énormément de valeur, au moins 20%, assure cette septuagénaire, qui a fait plusieurs fois estimer la bâtisse et qui a pris un avocat pour défendre ses intérêts. Cette maison devait assurer ma retraite. Je comptais la vendre pour déménager au centre de Lausanne, mais je ne vendrai pas à perte. Pour compenser le manque à gagner, je suis obligée d’entreprendre des travaux afin de louer une partie de ma maison.»

Baisse des prix généralisée

Dans cette affaire, les craintes exprimées sont claires. Mais sont-elles réelles ou supposées? Y a-t-il réellement une course à la vente dans la région? Le spectre des travaux titanesques rebute-t-il d’éventuels acheteurs? Et impactent-ils réellement la valeur des bâtiments alentour?

Experte en courtage immobilier et responsable de l’agence Habitatlac, Stéphanie Kern a un avis pertinent sur la question à plus d’un titre: elle vit à Belmont. C’est donc bien informée qu’elle confirme le caractère fondé de certaines préoccupations. «Il y a des acheteurs potentiels qui s’inquiètent du chantier. Ça peut être un frein à la vente et pousser des gens qui veulent s’installer dans la région à chercher ailleurs, à Pully ou à Lutry», pose d’emblée la professionnelle, qui nuance toutefois rapidement. «À Belmont, l’autoroute qui passe tout près n’est pas nouvelle. Ceux qui ont acheté un bien à proximité ou ceux qui s’y intéressent sont prêts à affronter certaines nuisances. Chantier monstre ou pas.»

En revanche, la spécialiste réfute l’idée selon laquelle le chantier tirerait les prix vers le bas. «La perte de valeur d’un bien n’est pas liée qu’à un seul critère, c’est très souvent multifactoriel. Depuis plusieurs années, le marché s’est tassé, les prix sont à la baisse. À Belmont comme ailleurs.»

Autre expert, même constat. À Lausanne, Michel Maillard, directeur de l’agence Naef, confirme la tendance générale à la baisse des prix enregistrée depuis quelque temps. Lui non plus ne voit pas le chantier comme une menace immobilière et indique ne pas avoir constaté de frénésie des ventes dans la région. «À Belmont, le mètre carré se négocie aujourd’hui entre 7000 et 8000 francs. Dans ces fourchettes, de nombreuses transactions se font, des promotions sortent de terre et partent très vite, même près de l’autoroute. Les propriétaires d’objets qui ne se vendent pas sont peut-être trop gourmands. Avec sa vue sur le lac et les montagnes, la commune jouit d’une situation exceptionnelle. Ce ne va pas devenir l’enfer. Il ne faut pas peindre le diable sur l’autoroute.» (24 heures)

Créé: 12.01.2019, 09h10

La grogne est ailleurs

La dépréciation d’un bien immobilier ne figure pas parmi les motifs avancés dans les centaines d’oppositions qu’a reçues l’Office fédéral des routes après la mise à l’enquête des travaux de Belmont, assure Olivier Floc’hic, porte-parole. «La principale raison des oppositions aux travaux de Belmont est sans conteste les nuisances», précise-t-il. Pour autant, il arrive que la Confédération ait affaire à des propriétaires mécontents d’un de ses projets ou de ses conséquences. «C’est notamment le cas lorsque des propriétaires dont le bien se situe près d’un chantier ont des locataires qui leur demandent des baisses de loyers pour compenser. Ils font un geste avant de se retourner contre la Confédération pour tenter d’obtenir des indemnités.» Dans ces cas-là, la réponse est claire: c’est non! «On n’entre pas en matière. L’intérêt public est supérieur au droit privé.»

Articles en relation

Le bruit du chantier de l’A9 critiqué à Berne

Travaux L’Office fédéral de l’environnement demande une meilleure protection contre les nuisances sonores pour que le projet monstre respecte les prescriptions légales. Plus...

Les opposants aux chantiers de l’A9 peuvent fourbir leurs armes

Mobilité Sur les travaux des tunnels de Belmont comme sur le futur tracé, les riverains s’inquiètent des orientations prises par la Confédération. Plus...

A Belmont, la Confédération recule pour mieux sauter

Chantier de l’A9 L’OFROU reporte la mise à l’enquête des travaux du tunnel de Belmont. Motif: des oppositions plus nombreuses que prévu. Plus...

Belmont tente un ultime baroud d'honneur face à la troisième voie

Travaux de l’A9 Les riverains inquiets par les travaux prévus sur l’A9 ont fait part de leur inquiétude à la Confédération. Qui les entend, mais va de l’avant. Plus...

L’OFROU veut ramener la paix à Belmont en colère

Tunnels de l'A9 à Belmont Un dirigeant de l’Office fédéral des routes et le chef du projet comprenant l’élargissement des tunnels de l’A9 expliquent et s’expliquent. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 19 mars 2019.
(Image: Bénédicte) Plus...