A Belmont, la Confédération recule pour mieux sauter

Chantier de l’A9L’OFROU reporte la mise à l’enquête des travaux du tunnel de Belmont. Motif: des oppositions plus nombreuses que prévu.

Il faudra attendre plus que prévu avant de voir démarrer le chantier du viaduc de Belmont. En cause: une  pluie d'oppositions.

Il faudra attendre plus que prévu avant de voir démarrer le chantier du viaduc de Belmont. En cause: une pluie d'oppositions. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Confédération annonce qu’elle repousse les travaux monstres prévus dans le tunnel de Belmont. Pour un peu, les opposants au chantier titanesque à 800 millions de francs que prévoit la Confédération sur l’A9, entre Vennes et Chexbres, en sauteraient de joie. Presque, car le projet n’est pas remis en cause. Il est simplement renvoyé dans le temps. Mais ce délai supplémentaire, fût-il serré, constitue une occasion inespérée pour ceux qui pensent détenir la solution miracle dans ce dossier (lire ci-contre).

Pour rappel, les travaux, censés durer entre huit et dix ans, prévoient d’assainir le tronçon de l’autoroute A9 et – surtout – l’élargissement du tunnel de Belmont pour y glisser une troisième voie autoroutière dans les deux sens, entre Vennes et Belmont-sur-Lausanne.

Contrairement à ce qu’avait planifié la Confédération, le chantier ne commencera pas par le point le plus sensible du projet: le tunnel de Belmont, où auraient dû être donnés les premiers coups de pioche courant 2017 (TP2 dans l’infographie ci-jointe). Explications.

Dans ses travaux préparatoires, l’OFROU a segmenté les quelque 13 kilomètres du tronçon à assainir en quatre chantiers distincts. Or le seul secteur où la Confédération est obligée d’en passer par le long processus d’une mise à l’enquête publique concerne précisément le tronçon Vennes-Belmont. Là où sont prévus le réaménagement de la bande d’arrêt d’urgence en troisième voie autoroutière et l’élargissement du tunnel, dont les nuisances angoissent déjà toutes les localités alentour. «Les travaux sur les autres parties relèvent de l’entretien courant. Mais, dans le tunnel, on parle d’aménagement. D’où une mise à l’enquête obligatoire», explique Olivier Floc’hic, porte-parole de l’OFROU.

Or qui dit mise à l’enquête dit oppositions. Et c’est justement là que le bât blesse. Car, depuis l’annonce du chantier, les opposants n’ont pas perdu du temps pour sortir du bois. Et ils sont nombreux, peut-être même un peu trop. Lors de la séance d’information de l’OFROU à la population de Belmont, l’an dernier, plusieurs riverains, dont certains étaient déjà représentés par des avocats, n’avaient pas manqué de dire tout le mal qu’ils pensaient du projet. Leurs courriers de protestation étaient envoyés à la Confédération dans la foulée, pour une levée de boucliers à l’ampleur inattendue. «Nous ne nous attendions pas à autant d’oppositions», concède Olivier Floc’hic.

Le Gothard n'est pas en cause

La Confédération ayant compris que la pluie de contestations annoncée risquait de retarder le chantier, elle commencera donc les travaux sur un autre secteur. Ne reste qu’à définir lequel. C’est sur ce point que l’OFROU est actuellement en train de revoir sa copie. «Il faut être réaliste, le planning que nous avions imaginé était trop optimiste. Les réactions des riverains montrent que nous n’y arriverons pas. L’entier du processus de mise à l’enquête peut durer jusqu’à deux ans».

En l’occurrence, «il pourrait durer beaucoup plus longtemps», poursuit le communicant, dont les équipes s’attellent désormais à déterminer par quel secteur empoigner le chantier pharaonique. «Mais le fond du dossier n’a pas changé. L’entier du tronçon sera assaini comme prévu, élargissement du tunnel et troisième voie inclus, prévient Olivier Floc’hic. Il ne s’agit que d’une réorganisation, même si elle pourrait retarder l’entier du chantier d’un an, pour commencer en 2018. Les travaux dureront toujours huit ans et son budget devrait rester inchangé.» A noter que l’Office fédéral des routes a déjà connu pareille situation – et pareil report – sur le tronçon Berne-Muri.

Enfin, désirant tordre le cou à une rumeur tenace, le porte-parole tient à rappeler que ce report n’a rien à voir avec le récent oui au percement du deuxième tube du Gothard. «Avec chacun leur budget spécifique, ces deux chantiers n’ont aucune influence l’un sur l’autre. De la même façon que les gros travaux prévus à Crissier relèvent d’encore un autre budget, celui dit des goulets d’étranglement.»

A Belmont, le syndic, Gustave Muheim, salue la lucidité des autorités. «Si ce délai supplémentaire permet d’optimiser le chantier en tenant compte des problèmes d’emprise chez les particuliers, de parking et des autres nuisances, nous ne pouvons qu’applaudir.»

Créé: 03.03.2016, 06h44

«Olivier Français est séduit par notre projet»

L’idée de carrément construire un nouveau tracé plus au nord plutôt que de rafistoler l’autoroute actuelle entre Vennes et Chexbres, qui serait du coup rendue à la collectivité n’est pas enterrée. Mieux, elle peut aujourd’hui se targuer d’intéresser un acteur de poids, dont l’influence pourrait être déterminante. Mardi soir, Olivier Français, président de la Commission des transports du Conseil des Etats, a en effet rencontré les responsables de ce tracé alternatif imaginé par le bureau Giacomini Jolliet Ingénieurs SA, à Lutry, et Philippe Mingard, conseiller communal de la localité. «Olivier Français semble séduit par notre projet, malgré quelques réserves judicieuses, s’enthousiasme l’ingénieur Bruno Giacomini. D’ici à un mois, nous lui remettrons notre projet remanié. Plus tendu, il sera par exemple amputé d’un kilomètre à l’est par rapport à notre projet initial.» Et Bruno Giacomini de caresser un espoir: qu’Olivier Français porte et appuie cette alternative. «Il faut tout d’abord qu’ils fassent évoluer leur projet, répond le père du métro M2. Leur idée est pleine de bon sens, mais il lui faut des appuis. Les bonnes idées ne doivent pas s’effacer face aux longs processus administratifs, même si le?temps, particulièrement serré dans cette affaire, ne joue pas en leur faveur.» Malgré tout, Olivier Français ne perd pas tout espoir dans ce dossier. «Il s’agira ensuite d’aller sur le terrain, d’expliquer et de tenter de convaincre les communes et le Canton.»

Articles en relation

Belmont tente un ultime baroud d'honneur face à la troisième voie

Travaux de l’A9 Les riverains inquiets par les travaux prévus sur l’A9 ont fait part de leur inquiétude à la Confédération. Qui les entend, mais va de l’avant. Plus...

La résistance s’organise contre les travaux sur l’A9

Belmont-sur-Lausanne L'Association Transports et Environnement lance une pétition contre l'élargissement des tunnels de l'autoroute. Plus...

Belmont se révolte contre les travaux pharaoniques de l’A9

Lausanne L’élargissement du tunnel de l’autoroute durera sept ans avec des travaux jour et nuit. Plus...

Plus de 1000 signatures récoltées contre l'élargissement de l'A9

Belmont-sur-Lausanne La pétition contre l’agrandissement des tunnels de Belmont sera transmise à l'Office fédéral des routes. Plus...

L’OFROU veut ramener la paix à Belmont en colère

Tunnels de l'A9 à Belmont Un dirigeant de l’Office fédéral des routes et le chef du projet comprenant l’élargissement des tunnels de l’A9 expliquent et s’expliquent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.