Passer au contenu principal

Benoît Violier n'aurait pas été escroqué

Un magazine affirme samedi que le cuisinier, qui s'est suicidé dimanche, aurait perdu beaucoup d'argent. Plusieurs personnes démentent.

Benoît Violier est décédé à l'âge de 44 ans. Son corps sans vie a été retrouvé par la police, selon laquelle «l'intéressé aurait mis fin à ses jours». (Dimanche 31 janvier 2016)
Benoît Violier est décédé à l'âge de 44 ans. Son corps sans vie a été retrouvé par la police, selon laquelle «l'intéressé aurait mis fin à ses jours». (Dimanche 31 janvier 2016)
Keystone
Pierre Keller, directeur de l'École cantonale d'art de Lausanne (ECAL). (Vendredi 5 février 2016)
Pierre Keller, directeur de l'École cantonale d'art de Lausanne (ECAL). (Vendredi 5 février 2016)
Keystone
Les cuisiniers Philippe Rochat (droite) et Benoît Violier avaient été intronisés membres de l'Ordre International des Disciples d'Auguste Escoffier en 2007 à Zurich (7 mai 2007)
Les cuisiniers Philippe Rochat (droite) et Benoît Violier avaient été intronisés membres de l'Ordre International des Disciples d'Auguste Escoffier en 2007 à Zurich (7 mai 2007)
Keystone
1 / 26

Selon le site internet du bimensuel économique «Bilan», le chef étoilé aurait perdu entre 800'000 francs et deux millions de francs dans une vaste escroquerie qui secoue le Valais depuis l'année dernière. En effet, une société valaisanne proposait des bouteilles de vins rares et cotées à la vente. Mais une fois l'argent encaissé, la marchandise n'était jamais livrée. Selon «Bilan», Benoît Violier ferait partie des victimes. Ce qui expliquerait son geste. Mais plusieurs personnes contestent cette thèse.

A commencer par Me Michel Ducrot. L'avocat de l'un des escrocs présumés de la société valaisanne Private Finance Partners, interrogé par «20 minutes», dément ces informations. «Ce nom n'apparaît pas dans la dizaine de plaignants qui se sont annoncés dans ce dossier. Il y a bien un chef étoilé mais ce n'est pas M. Violier.»

Egalement joint par «20 minutes», le représentant des plaignants dans l'affaire de l'escroquerie valaisanne est du même avis que son confrère: «L'article de «Bilan» est indécent de certitudes, démenties par le dossier pénal en son état actuel.»

Pour sa part, André Kudelski, actionnaire de l'Hôtel de Ville de Crisser (VD) et membre du conseil d'administration, a assuré à la RTS que l'établissement où officiait Benoît Violier n'avait pas été escroqué en 2015 par la société valaisanne. Il ajoute encore que le restaurant se porte bien financièrement et que la thèse avancée par «Bilan» est un «tissu de mensonges».

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.