Passer au contenu principal

Des Bibles pour la culture à l’école professionnelle

Avec son exposition tournant autour des Saintes Ecritures, l’Ecole des Métiers suscite des réactions de parents.

Une réplique de la presse de Gutenberg emmène les apprentis dans le parcours accompli par la Bible à travers l’histoire.
Une réplique de la presse de Gutenberg emmène les apprentis dans le parcours accompli par la Bible à travers l’histoire.
Philippe Maeder

Parce que son fils de 17 ans est revenu de l’Ecole des métiers de Lausanne (ETML) avec une bible sous le bras, un père s’est étonné de cette distribution. De son côté, l’établissement fréquenté par 900 apprentis estime ne pas franchir le seuil du prosélytisme religieux. La distribution se fait au bon vouloir des élèves et intervient dans le cadre d’une exposition orientée sur les aspects culturels – et non religieux – de la Bible.

«Je ne suis pas croyant, mais mon fils a tout de même été éduqué dans une ambiance chrétienne, dit le papa d’un apprenti en polymécanique. Mais j’étais un peu étonné d’apprendre que son école professionnelle distribuait des bibles.» S’il préfère conserver l’anonymat, il ne s’est pas privé de demander des explications.

Au téléphone, le directeur de l’ETML se dit à peine surpris par la réaction de ce parent d’élève. «Mais la grande majorité des gens réagit bien», dit Christophe Unger. Il explique que les élèves de son établissement voient chaque année une exposition montée par l’aumônerie de l’école. La vie extraterrestre ou les styles musicaux ont été explorés par le passé. Cette année, c’est la Bible.

«Patrimoine de l'humanité»

«La Bible en tant que patrimoine de l’humanité», précise le directeur. Cette exposition a d’ailleurs été créée en France, sur demande de l’Education nationale. Depuis sa création en 2009, l’exposition est itinérante. Le directeur insiste sur l’aspect culturel de l’histoire de la Bible. «Il n’y a aucun prosélytisme religieux dans cette démarche, et les enseignants sont tenus à une déontologie exemplaire, dans le respect des croyances des uns et des autres.» C’est avec ces consignes d’encadrement que les 900 apprentis fréquentant l’ETML auront l’occasion de visiter l’exposition, dans le cadre de leur cours de culture générale.

Cette exposition se compose de plusieurs panneaux thématiques, ainsi que d’une réplique de la presse à caractères mobiles de Gutenberg, qui imprima le tout premier livre du genre. En l’occurrence, une bible, au milieu du XVe siècle. «Avec cette réplique, nous imprimons quelques versets bibliques sur une page», explique Christophe Unger. Quelques exemplaires des Saintes Ecritures sont mis à la disposition des apprentis, qui n’ont pas l’obligation de les prendre.

Et si l’exposition avait été consacrée à un autre livre saint? «Nous étions prêts à monter une expo sur le Coran, confesse Christophe Unger. Là, ce sont des parents musulmans qui ont réagi en estimant que nous n’étions pas à même d’en parler.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.