Une brigade pour cadrer les fêtards lausannois

MesuresDès l’été, une unité de prévention ira de places publiques en parkings pour prévenir les dérapages dus à l’alcool et au bruit.

L'unité de prévention s'articulera sur le modèle des SIP zurichoises

L'unité de prévention s'articulera sur le modèle des SIP zurichoises Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est le second train de mesures proposé par Grégoire Junod, municipal lausannois de Police, pour remettre la vie nocturne sur de bons rails. Après les établissements de nuit, c’est l’espace public qui est visé avec la création, dès l’été 2015, d’une unité SIP (Sécurité-Intervention-Prévention) qui patrouillera sur les places publiques, les parkings ou encore dans les parcs, du jeudi au samedi soir de 18 h à 2 h. Sa mission: responsabiliser les noctambules sur les nuisances qu’ils commettent, et les orienter sur les bons services en cas d’alcoolisation aiguë. «La police n’est pas toujours la mieux armée pour ces infractions qui ne sont pas pénales», assure Grégoire Junod. Coût annuel de la SIP, qui doit encore être avalisé par le Conseil communal: 710 000 francs.

Sur le modèle de ce qui se passe déjà à Zurich, la SIP lausannoise sera composée de quatre à six intervenants par soirée, répartis en binômes d’un homme et d’une femme, mais sans compétence de police. Les patrouilleurs n’auront donc pas le droit d’intervenir physiquement pour rétablir l’ordre, ni de procéder à des identifications. «Ils n’auront que des compétences sociales», précise Grégoire Junod. A eux donc de sensibiliser les jeunes adultes pour qu’ils ne jettent pas leurs déchets n’importe où et qu’ils ne fassent pas trop de bruit. Ils pourront en outre informer sur les risques encourus en cas d’alcoolisation massive. Les patrouilleurs devront disposer de formations interdisciplinaires comme l’enseignement, le travail pédagogique, la psychologie, la sécurité ou les soins infirmiers.

Pourront-ils intervenir à la demande des Lausannois? «En théorie oui, puisque l’une des missions est de désamorcer les conflits de voisinage entre habitants et noctambules, mais la SIP ne doit pas devenir la brigade spécialisée dans ce type de problèmes», prévient le municipal de Police. Des lieux ont d’ores et déjà été localisés comme points de fixation des noctambules en début de soirée. Il s’agit notamment de la place de l’Europe, de l’entier du quartier de la Cité, du toit de la FNAC et des parcs de la Grenouille et de Montbenon. Et si les patrouilleurs rencontrent eux-mêmes des problèmes avec les jeunes, qui seraient hermétiques à leurs conseils, ils pourront à tout moment appeler la police en renfort.

La SIP, projet pilote de deux ans, pourrait devenir opérationnelle en même temps que les lits de dégrisement du CHUV. Il y en aura quatre. «La moitié des jeunes connaît une alcoolisation aiguë régulière. C’est malheureusement devenu la norme. Chaque week-end, nous en prenons une quinzaine en charge aux urgences, alors que certains pourraient simplement rentrer à la maison. La SIP pourra les orienter au bon endroit plutôt que de voir les urgences surchargées par ces cas», précise le professeur Jean-Bernard Daeppen.

Créé: 17.11.2014, 14h59

Dossiers

Du sport jusqu'à minuit

Comme alternative à la sortie et à la fête, Lausanne met à disposition des 13-25 ans des salles pour pratiquer le sport jusqu’à 22 h, et cela depuis 2004. Oscar Tosato, le municipal de la Jeunesse, propose d’en ouvrir certaines jusqu’à minuit les vendredis et samedis soir, sous l’encadrement de moniteurs. Il s’agit des salles
de Prélaz, de Coteau-Fleuri,
de Malley, de Bellevaux, de Rouvraie ou de Vieux-Moulin.
Le municipal propose également de favoriser l’organisation «responsable» de soirées par les jeunes, dans des lieux divers comme les maisons de quartier ou les salles de loisirs, toujours sous le contrôle de travailleurs sociaux. Le but: encourager les loisirs alternatifs et décentrer les lieux de réunion de la jeunesse. L’alcool sera-t-il banni de ces fêtes? «Pas forcément, mais
il y aura un contrôle de la consommation. Parce qu’une fête sans alcool, personne n’y va», regrette Oscar Tosato.
Il est également prévu que les TL étoffent leur offre nocturne dès le printemps 2015, avec des horaires étendus

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.