Le bruit reste dans le viseur de la police

PréventionEntre juin et décembre 2015, 233 contrôles ont été opérés à Lausanne. Ils ont débouché sur autant de dénonciations.

Des agents de police mesurent le bruit à la sortie d'un pot d'échappement à la rue du Tunnel, Lausanne, en avril dernier.

Des agents de police mesurent le bruit à la sortie d'un pot d'échappement à la rue du Tunnel, Lausanne, en avril dernier. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des conducteurs qui prennent un virage au frein à main en plein Lausanne, qui mettent trop fort la musique ou qui ont modifié leur véhicule pour davantage de bruit et de puissance, ils en ont vu de toutes les couleurs. Eux, ce sont les policiers qui, de juin à décembre 2015, laissent traîner leurs oreilles au ras du bitume pour traquer les décibels.

Après un mois de contrôles pour beurre, durant lesquels ils sensibilisaient les conducteurs trop bruyants en leur distribuant des prospectus, les choses sont devenues sérieuses. A raison d’un contrôle pratiquement chaque jour, 233 opérations antibruit ont été réalisées. Elles ont donné lieu à autant de dénonciations en préfecture. «Nous avons dénoncé les mauvais comportements comme les modifications apportées aux véhicules», rapporte le capitaine Michel Blanc, chef de la sécurité du trafic et du stationnement à Lausanne. Et la traque va continuer.

Surtout les deux-roues

«Il y a des gens qui ont besoin de se montrer, c’est comme ça. Au volant de leur voiture ou au guidon de leur moto, il faut qu’on les remarque. Et cela passe par le bruit.» A force d’expérience, le capitaine Blanc a appris à connaître la nature humaine qui pousse certaines personnes, surtout une fois le week-end venu, à monter les tours dans les rues lausannoises. «Cela se passe surtout entre 23 h et 3 heures du matin.»

Pour les voitures comme pour les motos, les infractions concernaient des modifications apportées aux véhicules. «Nous nous sommes aperçus que deux modifications sur trois, qui sont essentiellement des pots d’échappement changés pour augmenter la puissance, touchaient les deux-roues. Peut-être parce que c’est techniquement plus facile à faire que pour une voiture», détaille Michel Blanc.

Au-delà du bruit, le danger

Une action particulière a été menée en octobre dans le quartier de Sévelin, en collaboration avec le Service des automobiles et de la navigation (SAN) qui a mis à disposition une piste de contrôle. Bilan: sur les 34 véhicules contrôlés, 13 ont dû se rendre dans la foulée à la Blécherette pour une inspection poussée. Michel Blanc: «Il y a un moment où les modifications sont certes bruyantes, mais elles deviennent dangereuses. C’est le cas des boîtiers électroniques qu’on relie directement à l’informatique de la voiture pour, une fois de plus, augmenter la puissance. Quand vous passez de 100 à 220 CV, le problème est que votre véhicule n’a pas été construit en conséquence.»

La moisson ayant été bonne en 2015, la police va continuer à traquer le bruit sur le bitume lausannois, notamment dans tout le secteur de la petite ceinture. «Quand un policier voit quelqu’un qui grille un feu rouge, il intervient tout de suite. J’aimerais que pour un véhicule trop bruyant, ou un comportement déplacé, ils adoptent le même réflexe», espère le chef de la sécurité du trafic et du stationnement. (24 heures)

Créé: 23.03.2016, 17h06

Articles en relation

La police traque les décibels au ras du bitume

Lausanne Gare aux pots d’échappement modifiés ou aux démarrages en trombe: la police lance sa campagne de lutte contre le bruit des véhicules. Plus...

En guerre contre les deux-roues bruyants

Lausanne Une conseillère communale interpelle les autorités au sujet des véhicules qui pétaradent trop. Elle demande davantage de contrôles et de sanctions. Plus...

Quelques sons en décibels

De 60 à 70 dB Sèche-linge, sonnerie de téléphone, téléviseur, conversation courante.

De 70 à 80 dB Passage d’une voiture de tourisme, aspirateur, restaurant bruyant, passage d’un train à 80 km/h.

De 80 à 90 dB Tondeuse à gazon, klaxon de voiture.

De 90 à 100 dB Route à circulation dense, tronçonneuse.

De 100 à 110 dB Marteau-piqueur à moins de 5 mètres.

De 110 à 120 dB Tonnerre, atelier de chaudronnerie, vuvuzela à 2 mètres.

De 120 à 130 dB Avion au décollage.

130 dB Seuil de la douleur.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.