Passer au contenu principal

Des bulles à l’intestin qui peuvent faire mal

Les diverticules posent problème dans 25% de cas. Selon la gravité, une intervention chirurgicale est nécessaire.

Image d'illustration.
Image d'illustration.

Les diverticules sont de petites hernies, des excroissances qui forment des bulles sur la muqueuse de la paroi intestinale. Le plus souvent asymptomatiques, ils ne posent pas de problème. «La plupart des gens, 60 à 80%, ignorent d’ailleurs qu’ils ont une diverticulose (ndlr: présence de plusieurs diverticules). Mais dans 25% des cas des complications peuvent survenir. On parle alors de diverticulite colique. La gravité de l’inflammation détermine le traitement, qui va de la prise d’antibiotiques jusqu’à la nécessité d’une intervention chirurgicale», explique le Pr Pierre Michetti, gastro-entérologue.

Lui et le Dr Cédric Vallet, chirurgien, seront les deux spécialistes, avec la diététicienne Émilie Savioz, présents lors de la prochaine visite thématique organisée par la Clinique de La Source et «24 heures» sur le thème des diverticules.

Le rôle de l’alimentation

Une alimentation pauvre en fibres – qui rend le transit difficile et nécessite plus de pression pour être éliminée – constitue l’une des causes principales de la diverticulose. C’est d’ailleurs dans le sigmoïde, la partie inférieure du côlon, la plus exposée à la pression de l’élimination des selles, que se situent en général les diverticules.

Le manque de mouvement, des constipations répétées, une forte consommation d’anti-inflammatoires favorisent également la formation de ces petites poches, présentes avant tout chez les populations des pays développés et quasi absentes sous d’autres cieux. La diverticulose est liée à l’âge: elle n’apparaît que rarement avant 40 ans, touche 30% des individus à 60 ans et 50% dès 80 ans et plus.

Gare à l’inflammation

Maux de ventre, flatulences abdominales, constipation peuvent être des signes avant-coureurs d’une diverticulite. On parle de complication lorsque des restes alimentaires se retrouvent coincés dans un diverticule et provoquent alors une inflammation. Celle-ci s’accompagne de fièvre, de fortes douleurs du côté gauche de l’abdomen, voire de sang dans les selles. «Seul un scanner permet de poser le diagnostic d’un diverticule enflammé. Il faut l’effectuer vite, au moment de la crise, afin de définir le traitement», indique le Pr Michetti. Une inflammation non traitée risque de s’étendre au côlon, voire à la membrane de la cavité abdominale (péritonite).

Dans le cas d’une complication qui reste localisée, un traitement ambulatoire avec des médicaments, en général des antibiotiques mais pas dans tous les cas, viendra à bout de la crise. En présence d’un abcès dépassant 4 cm, il sera nécessaire d’intervenir pour le vider. «On le fera par radiologie interventionnelle ou par drainage chirurgical», explique le Dr Cédric Vallet. «Enfin, dans les cas plus graves, le segment de l’intestin atteint doit être enlevé, une poche provisoire est posée jusqu’au rétablissement de la continuité intestinale. Une colonoscopie (ndlr: examen de l’intérieur de l’intestin) sera effectuée pour s’assurer de l’absence de cancer.» L’intervention se fait aujourd’hui majoritairement par chirurgie laparascopique.

Risque de récidive

Le risque de récidive après un premier épisode d’inflammation aigu est de 25%. «C’est la grande crainte des patients: de refaire une crise qui nécessitera alors peut-être une ablation et la pose d’une poche», indiquent les deux médecins. La gestion de l’alimentation joue alors un rôle important pour prévenir une rechute. De même lorsqu’il s’agit progressivement de rétablir le transit normal après une intervention (lire encadré).

La diverticulite: quelles solutions pour la traiter et pour prévenir une récidive? Jeudi 20 septembre de 16h45 à 19h à la Clinique de La Source, visite thématique avec le Pr Pierre Michetti, le Dr Cédric Vallet et Émilie Savioz, diététicienne. Inscriptions jusqu’au 31 août sur: www.lasource.ch/diverticulite

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.