Passer au contenu principal

Burki, l’artiste qui n’appartenait à personne

Cet homme d’ici, libre, talentueux, passionné, avec son cœur à gauche, n’avait jamais oublié les gens d’ici. Il était aussi populaire qu’un Jean-Pascal Delamuraz.

Ce jour de l’été 2015, nous revenions de quelques heures de pêche à la truite dans la Sarine. Cela n’a rien à voir avec le monde de la presse, avec le dessin, avec l’humour? Si, quand même, on va le voir. Donc, nous avions longé la belle rivière entre Château-d’Œx et Rougemont et j’avais passé pas mal de temps à observer Raymond. Je précise juste en passant qu’il était un pêcheur généreux qui partageait volontiers ses meilleurs coins. Ses amis en savent quelque chose et gardent en eux, aujourd’hui, ces heures si précieuses passées en sa compagnie au bord des rivières d’ici aux noms si jolis qu’il aimait prononcer rien que pour le plaisir: la Venoge, la Menthue, le Talent, la Broye et plein d’autres rus et ruisseaux dont il voulait savoir les secrets.

Donc, je l’avais beaucoup observé ce jour-là – il avait fait semblant de ne pas s’en apercevoir – et je l’avais vu poser les pieds sur les galets, repérer de loin, regard turquoise scintillant, les bons courants d’eau verte, les approcher, s’arrêter là où les branches rendent la pêche difficile, puis trouver les gestes, le juste maniement de la canne pour poser son hameçon dans les quelques centimètres carrés où selon lui se cachait le poisson. C’était précis, étudié, fin, appliqué. Il savait que la truite était là, et la plupart du temps, petite ou grande, destinée à être relâchée instantanément ou flambée deux jours plus tard à l’absinthe, elle répondait à l’appel. Il trouvait la solution. Il aimait chercher et il trouvait.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.