Passer au contenu principal

«Raymond, quelles chaussettes cette année?»

Burki évoque son plaisir dans le travail à 24heures, ses séances de dédicace, l’amitié des lecteurs, sa passion du dessin et de la pêche.

Quelques questions à Burki, juste avant l’heure de faire santé avec lui pour lui souhaiter une belle vie.

Raymond, dites-nous qui est Burki, à l’heure de prendre sa retraite?

Toujours le même. Enfant, adolescent, adulte, je crois ne pas avoir beaucoup changé avec les années. Artiste, je le suis depuis tout petit, je dessinais dans les marges des cahiers, j’adorais ça; le goût du dessin m’avait été transmis par mon papa, chef cuisinier, qui dessinait dès qu’il avait un peu de temps pour lui; de mon parrain aussi, qui était également cuistot mais peintre à ses heures de loisirs; l’odeur de térébenthine, le papier, les couleurs, je n’ai pas oublié. C’est en regardant qu’on apprend. Et quand on s’intéresse, qu’on aime, on apprend plus vite.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.