À Bussigny, le Musée Bolo n’est pas le bienvenu

VotationLes citoyens ont refusé l’octroi d’un crédit en faveur d’un centre muséo-culturel à 14 millions.

Yves Bolognini, directeur et fondateur du Musée Bolo.

Yves Bolognini, directeur et fondateur du Musée Bolo. Image: ODILE MEYLAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Petite institution dédiée à l’informatique à l’EPFL, le Musée Bolo ne déménagera pas dans un complexe culturel à Bussigny. Dimanche, ses habitants ont balayé à 69,2% ce projet estimé à 14 millions (taux de participation: 49,2%). La Municipalité a voté en mai l’octroi de 322'000 francs pour organiser un concours d’architecture, décision attaquée par référendum.

Le concept devait réunir à l’horizon 2022 la collection du Musée Bolo (5000 ordinateurs notamment), une salle polyvalente ainsi qu’un restaurant. Pour la Municipalité, qui a présenté le préavis, le résultat du scrutin impactera l’offre culturelle. «C’est une réelle perte pour Bussigny, regrette sa syndique, Claudine Wyssa. Le Musée Bolo aurait fait de la ville un important centre de réflexion sur la société numérique, au cœur des débats actuels.» Dominique Blanc, conseiller communal partisan du projet, ajoute: «C’est un emblème potentiel que l’on perd aujourd’hui, mais ça n’empêchera pas Bussigny d’aller de l’avant.»

«Nous sommes ravis d’avoir pu donner aux Bussignolais l’occasion de s’exprimer», se réjouit Jacques Miauton, conseiller communal et membre du comité référendaire. Son argument: des frais de construction excessifs, que la Commune et le Musée Bolo devaient se partager à hauteur de 7 millions chacun. «Ces frais ont fait peur, continue l’élu. La population n’est pas prête. De plus, un nouveau restaurant et une salle sont inutiles, car il en existe déjà à Bussigny. Il faut investir dans ce que nous avons.»

Musée ou non, Bussigny continuera sa mue. Le projet devait naître dans l’ouest, où un nouveau quartier accueillera à terme 2500 personnes. «Un collège, des zones résidentielles et un EMS y seront construits, rappelle Claudine Wyssa. Bussigny passera de village à petite ville et nous ressentons les craintes de la population. Mais nous devons absolument éviter de devenir une cité-dortoir en proposant des lieux de rencontre et de culture.» Cependant, pas de plan B pour le moment.

Fondé et dirigé par Yves Bolognini depuis 2002, le musée Bolo, gratuit, cherche à se professionnaliser. Son déplacement à Bussigny aurait permis d’agrandir son patrimoine et d’ouvrir une billetterie. Vu l’issue du référendum, il se tournera vers d’autres communes pour discuter d’un déménagement.

Créé: 23.09.2018, 15h43

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.