Passer au contenu principal

C'est à Renens que débute le chantier du siècle

Coup d'envoi officiel samedi, de la mutation du réseau ferroviaire de l'arc lémanique.

Il y a cinq ans, il n’y avait rien. Pas de projet et pas de financement. Demain, on fête officiellement le premier coup de pioche de Léman 2030. Un chantier d’une décennie devisé à plus de 3 milliards. Payés en grande partie par la Confédération, ces travaux ferroviaires permettront à terme de doubler la capacité de voyageurs entre Lausanne et Genève, de 50 000 à 100 000 personnes par jour. A l’heure actuelle, 600 trains passent quotidiennement entre Lausanne et Renens. «Cela va nous permettre de rattraper le retard que nous avions», note Luc Barthassat, conseiller d’Etat genevois en charge des Transports.

Les opérations commencent du côté de Renens, avec la refonte de sa gare et une quatrième voie qui la reliera à celle de Lausanne. Une paire de rails supplémentaire qui permettra aussi le développement du RER vaudois. Suivront les rénovations des gares de Lausanne et de Genève.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.