La caisse intercommunale est face à un vote crucial

Prévoyance Le plan de recapitalisation de la caisse doit être soumis au vote jeudi. Cette démarche est contestée

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Quelque 500 délégués sont attendus demain à Savigny pour l’assemblée générale extraordinaire de la Caisse intercommunale de pensions (CIP). A l’ordre du jour: un vote sur le désagréable plan de recapitalisation de la caisse. Le dernier date de 2013. Cette nouvelle mouture prévoit d’augmenter le taux de cotisation des employés ainsi que celui des employeurs. L’âge de la retraite devrait être repoussé d’une année.

Mais ce vote pourrait bien être chahuté… s’il a lieu. En effet, certains estiment que le conseil d’administration de la CIP va un peu vite en besogne. Une lettre type a été largement diffusée parmi les assurés. Elle demande de reporter l’AG de 60 jours. «Nous nous interrogeons sur la pertinence de tenir une assemblée générale extraordinaire d’une telle importance, portant sur des sujets complexes, alors que les délégués n’ont pas pu prendre connaissance de l’ensemble des éléments qui seront mis au vote ni de la façon dont celui-ci sera organisé», peut-on lire dans cette lettre.

«En juin, ce plan de recapitalisation est sorti de nulle part. Après il y a eu les vacances et maintenant on vote, s’étonne Letizia Pizzolato, secrétaire syndicale du SSP. C’est précipité, il n’y a pas eu de concertation ni de contre-expertise au sujet de ce plan. Le conseil d’administration veut passer en force.» A entendre la secrétaire du SSP, le front contre cette recapitalisation serait plus large que la simple sphère syndicale. «Des cadres, des juristes ou encore des spécialistes des ressources humaines sont aussi venus à notre réunion organisée fin août. Ce sont des gens qui ont les compétences techniques pour analyser ce train de mesures.»

«Pas le choix»

Le nouveau plan est motivé par un rendement des placements en baisse conjugué à la nouvelle norme fédérale. «Nous n’avons pas le choix, assure le président du conseil d’administration de la CIP, Jean-François Niklaus. C’est une obligation légale de l’Autorité de surveillance de Suisse occidentale. Nous devons présenter tous les cinq ans un plan qui suit le chemin de recapitalisation pour arriver à un taux de couverture de 80% en 2052.» Le délai pour le présenter est fixé au 30 septembre, selon le président du conseil d’administration.

«En 2013, des calculs ont été faits pour pérenniser la caisse jusqu’en 2052, rappelle Letizia Pizzolato. Maintenant, le même expert revient avec des calculs qui datent de 2015 pour élaborer ce nouveau plan de recapitalisation. C’est flou et plus d’actualité», tranche-t-elle.

Néanmoins, l’opposition ne sera pas frontale, assure-t-on. Il est entendu que l’Autorité de surveillance veut que des mesures soient prises. La proposition est donc d’accepter un point d’augmentation de la cotisation des employés et la pérennisation des 3% de la cotisation de recapitalisation. «Il faut recalculer un plan avec ces données-là», explique la syndicaliste.

Jeudi, il sera demandé d’organiser une nouvelle procédure de vote à une date ultérieure. Celle-ci devra offrir le choix entre le plan de recapitalisation du conseil d’administration et ce contre-projet.

Créé: 13.09.2017, 07h15

Articles en relation

Les caisses de pensions publiques font grise mine

Vaud Les différentes caisses de retraite des fonctionnaires sont contraintes de revoir leurs prestations Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

À défaut d'accord-cadre, Jean-Claude Juncker et Doris Leuthard se sont félicités à Berne de la nouvelle «dynamique positive» entre l'UE et la Suisse, qui débloquera par ailleurs 1,3 milliard pour les pays de l'Est (publié le 24 novembre 2017)
Plus...