Passer au contenu principal

La campagne pour le Conseil d’Etat est morne. C’est voulu

La course au gouvernement se déroule sans agressivité. Analyse

Parmi les candidats de gauche, la radicale Jacqueline de Quattro ne semble pas en milieu hostile
Parmi les candidats de gauche, la radicale Jacqueline de Quattro ne semble pas en milieu hostile
Jean-Bernard Sieber

Bien des candidats expliquent le calme de cette campagne au Conseil d’Etat par la fatigue accumulée dans la succession de scrutins depuis le printemps 2011. «En 2007, on connaissait le nom des candidats en octobre, se souvient le candidat UDC, Claude-Alain Voiblet. Cette année, la campagne n’a débuté qu’en janvier. Cela change la donne et l’ambiance.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.