Passer au contenu principal

La candidate Juliette est sortie de l’anonymat

Grève du climat a dévoilé l’identité de la militante tirée au sort pour représenter le collectif dans l’élection au Conseil d’État. Vernier est son nom, elle a 19 ans et vient d’Essertes.

Juliette Vernier a étudié à l’Écal avant de se concentrer sur le militantisme écologiste.
Juliette Vernier a étudié à l’Écal avant de se concentrer sur le militantisme écologiste.
OLIVIER VOGELSANG

C’était donc Juliette Vernier, cette candidate mystère connue par son seul prénom, tirée au sort par la main innocente d’un enfant au milieu du mois. Le collectif Grève du climat avait annoncé qu’il tairait son identité jusqu’à lundi, dernier jour du délai pour briguer la succession de Jacqueline de Quattro au Conseil d’État. L’idée étant de dépersonnaliser au maximum cette étape électorale pour se concentrer sur le fond: l’urgence climatique et le plan à adopter par le gouvernement. Finalement, Juliette Vernier est sortie du bois dans «Le Courrier», «pour faire taire les critiques» liées au manque de transparence de l’opération.

Inconnue du public comme on pouvait s’en douter, Juliette Vernier a 19 ans et vient d’Essertes. Elle a étudié à l’Écal avant d’interrompre son cursus pour se concentrer sur le militantisme écologiste. Cela fait plus de deux ans qu’elle a adhéré à Greenpeace, relève «Le Courrier». Décroissante, elle a grandi dans une «famille low-tech», bosse dans le cinéma d’Oron et retape un camping-car dans lequel elle compte vivre.

«Je ne veux pas qu’on vote pour moi mais pour le groupe le plus apte à diriger ce poste au Département de l’environnement»

Toute à la «dépersonnification» de sa candidature, la militante compte céder la parole à d’autres membres du collectif durant la campagne, et entend faire de même si elle est élue. «Je ne veux pas qu’on vote pour moi mais pour le groupe le plus apte à diriger ce poste au Département de l’environnement», dit-elle. Si celui-ci obtient le siège au gouvernement, des «assemblées citoyennes» seront organisées «pour que la voix de toutes et tous soit entendue». Les Jeunes Verts, SolidaritéS et le POP ont déjà apporté leur soutien à la candidature du collectif.

«24 heures» a demandé à interviewer Juliette Vernier. Celle-ci «est indisponible jusqu’à lundi et elle préférerait par ailleurs que ce soit un autre membre du collectif» qui nous réponde, nous a-t-on fait savoir. Logique.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.