Le cannabis légal vient à la rescousse des kiosquiers

ChanvreProduit d'appel, le CBD attire de nouveaux clients dans les points de vente de journaux.

Un kiosquier genevois vent du cannabis légal (moins de 1% de THC).

Un kiosquier genevois vent du cannabis légal (moins de 1% de THC). Image: GEORGES CABRERA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La plupart pensaient que ce ne serait qu’une mode. Pourtant, quelques mois après l’arrivée du cannabis légal dans les kiosques, en tête de gondole à côté des chewing-gums et des Tribolo, les kiosquiers ont toujours le sourire. «Heureusement qu’il y a ça! témoigne Paul Barrat, gérant du kiosque du Tunnel, à Lausanne. C’est clairement un produit d’appel, qui nous apporte de nouveaux clients, alors que la fin de l’année était vraiment au plus bas.» Au kiosque de l’avenue d’Ouchy, Sylvie Lob fait le même constat: «Ceux qui viennent chercher de la CBD achètent souvent aussi autre chose.»

Le cannabis qui contient moins de 1% de THC fait donc du bien au chiffre d’affaires de ces petits commerces, qui se sont déjà retrouvés en rupture de stock et voient, pour certains, leur fournisseur tous les deux soirs. Sans parler d’augmentation flagrante des ventes, le kiosquier de Montolivet évoque, lui, une stabilité qui apporte «un nouveau revenu régulier, une petite marge raisonnable qui est bien pour nous». L’arrivée prévue en Suisse romande de la chaîne soleuroise Hanftheke spécialisée dans la vente de cannabis légal, qui compte dix enseignes outre-Sarine, pourrait toutefois leur ravir le marché.

Vidéo: l'entreprise DrGreen.ch propose, depuis fin 2016, de la marijuana légale

Mais qui sont les acheteurs de ce nouveau produit, près de deux fois plus cher que le cannabis traditionnel? Des personnes «entre 25 et 45 ans», qui ont souvent «fumé avant» mais ont arrêté lorsqu’ils ont fondé une famille ou pris des responsabilités. «La légalité et l’effet léger les arrangent bien», sourit Sylvie Lob. Plusieurs consommateurs anonymes confirment: «Ça relaxe, sans le côté hallucinogène, qui peut rendre parano.» Et puis le goût et l’odeur font l’effet de madeleine de Proust: «Ça me rappelle ma jeunesse!» Une autre clientèle y trouve des effets thérapeutiques, pour soulager des douleurs ou simplement détendre. Et le spectre est large à en croire un des kiosquiers qui évoque cette «dame de 60 ans qui en prend tous les soirs et dit qu’elle dort comme un bébé».

Créé: 05.05.2017, 06h57

Articles en relation

Fumette, buvette, cigarette, même combat

Cannabis Une initiative veut traiter le chanvre comme l’alcool ou le tabac. Cette nouvelle loi réglementerait la culture, le commerce, la taxation et la prévention. Plus...

Fumer, c'est grave, Docteur?

Santé Le Groupement romand d’études des addictions veut tordre le cou aux fausses croyances sur le cannabis. Le point sur la question. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.