Le château de La Sarraz est sauvé de son gouffre financier

PatrimoineLa Fondation recevra 1,6 million de subventions du Canton et de la Commune. Son avenir est assuré.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un feu chaleureux crépite dans la cheminée de la salle des Chevaliers du château de La Sarraz et il semble même que les illustres portraits de la famille Gingins se soient animés suite à la bonne nouvelle qui vient de traverser ses murs. La Commune et le Canton ont décidé d’octroyer une subvention de 800'000 francs chacun à la Fondation du château, pour des fonds d’investissement. Or, 1,6 million, c’est le montant nécessaire à sa pérennité. «C’est une renaissance! C’est même le phœnix», lance le conseiller d’Etat Pascal Broulis.

L’ouverture partielle du château aura lieu le 25 mai jusqu’à fin octobre. Le monument emblématique se réveille ainsi de trois années de torpeur, après avoir été fermé pour des raisons économiques: suite à l’inondation survenue en février 2012 dans le Grand Salon, le château avait essuyé des déboires financiers et avait dû subir des travaux pendant quatre ans, jusqu’en avril 2016.

La subvention cantonale allouée par les trois départements en charge du patrimoine, de la culture et de l’économie, sera libérée en quatre tranches jusqu’en 2020. «Cela nous permettra de suivre au fur et à mesure le business plan afin de voir si tout se déroule bien», indique Pascal Broulis. Le don à fonds perdu de la Commune sera, quant à lui, versé en trois fois, dès cette année.

Activités enrichies
La fondation prévoit d’assainir les menuiseries extérieures et de consolider les murs de soutènement. «Notre objectif d’ici à 2020 est d’inscrire le développement du site dans une autonomie financière», annonce José Redard, président du conseil de fondation. Pour cela, l’équipe compte développer la location des salles et générer plus de partenariats, mettre sur pied dans les combles des expositions temporaires avec des artistes de la région et étendre le parcours de visite.

La vision de la fondation est de remettre le château au cœur de la cité pour que les Sarrazins se réapproprient le lieu. Plus concrètement, il serait question d’utiliser les salles pour des remises de diplômes ou des cérémonies officielles et d’ouvrir le jardin au public.

Décor parfait pour une «escape room»
Pour les enfants, il est prévu de créer une «escape room» et d’animer des activités en plein air sur les 6 hectares ainsi que des ateliers de médiation culturelle. Plus largement, la fondation souhaite créer une dynamique pour organiser deux ou trois manifestations par année.

Pour rappel, le château de La Sarraz avait été légué en 1911 par le dernier châtelain, Henry de Mandrot, à la Société des Amis du Château de La Sarraz – Musée romand (SACS). Lorsque l’association s’est dissoute en 2016, le château aurait légalement pu devenir propriété de l’Etat, qui l’aurait probablement vendu. Jeudi, Pascal Broulis s’est dit heureux que les choses ne se soient pas passées comme ça.

Grâce au nouveau conseil de fondation créé en 2016 et au plan de sauvetage du Canton et de la Commune, la bâtisse reste aux mains d’une fondation d’utilité publique. Par ailleurs, la Commune a décidé de racheter l’immeuble voisin Le Majorat pour 1,25 million de francs. (24 heures)

Créé: 10.03.2017, 08h55

Articles en relation

«Si le château de La Sarraz revient à l’Etat, ce sera un désastre»

Patrimoine Le conseiller d’Etat Pascal Broulis apporte son appui au château de La Sarraz, au bord du gouffre financier. Plus...

Seul, le château de La Sarraz n’y arrivera pas

Patrimoine L’Association des Amis du château de La Sarraz a vu le jour la semaine dernière afin de soutenir la mise en place de nouveaux projets. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.