Le Canton donne l’assaut à la flavescence dorée

VigneL’Etat s’attaque à une maladie qui fait son apparition dans le canton de Vaud, sur la Riviera. Elle est propagée par un insecte, la cicadelle.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De cette vigne, il ne reste qu’un terrain labouré. Tous les pieds viennent d’être arrachés. Sur la parcelle voisine, d’autres ceps, peints en orange, sont aussi condamnés. Nous sommes au lieu dit La Doges, sur les hauteurs de La Tour-de-Peilz, à la frontière avec les communes de Blonay et de Montreux. C’est dans ce vignoble, propriété de la Confrérie des vignerons de Vevey, que la flavescence dorée vient de faire son apparition pour la première fois au nord des Alpes en Suisse. Deux autres petites vignes toutes proches ont aussi été touchées par cette maladie. Jusqu’ici, sa présence dans ce pays était limitée au Tessin, où elle est présente depuis 2004.

Plusieurs cépages touchés

Ces derniers jours, le Canton de Vaud est passé à l’attaque, édictant plusieurs mesures pour éviter que le mal ne se propage, voire pour l’éradiquer. «L’Etat a délimité un périmètre de lutte de 70 hectares autour du vignoble de La Doges», explique François Murisier, conseiller de la Confrérie des vignerons de Vevey et ancien directeur de la section viticulture-œnologie à l’Agroscope de Changins.

«Le réchauffement climatique favorise à coup sûr l’extension de la maladie vers le nord»

Sur la parcelle de la Doges, louée à Obrist, et qui s’étend sur 15 000 m2, près de 3500 m2 de vignes ont ainsi été arrachés sur ordre de l’Etat. «L’an passé déjà, le Service de l’agriculture m’avait demandé de déterrer les ceps dont les feuilles étaient très fortement colorées, commente Xavier Bühlmann, vigneron-tâcheron pour le compte d’Obrist. Mais, cet automne, les feuilles se sont encore davantage colorées.»

Des tests plus approfondis ont donc été effectués. Et les analyses moléculaires pratiquées par le laboratoire de phytoplasmologie d’Agroscope à Changins ont fait apparaître la présence de la flavescence dorée sur des ceps de gamay, garanoir, gamaret, mara et pinot noir d’âge variable. Le chasselas semble plus résistant à la maladie. «Ces tests nous ont confirmé qu’il ne s’agissait pas du bois noir, une autre jaunisse de la vigne, moins dangereuse mais qui présente les mêmes symptômes, coloration des feuilles avec enroulement vers le bas, dessèchement de la rafle, flétrissement de la grappe, ou encore non-aoûtement des sarments», précise Jean-Michel Bolay, ingénieur viticole au Service de l’agriculture.

Dissémination très rapide

Les jaunisses de la vigne sont provoquées par des phytoplasmes, sortes de bactéries. La flavescence dorée est la plus importante et la plus redoutée (lire ci-dessus). Car avec son développement épidémique, caractérisé par une dissémination très rapide dans les vignobles, elle figure parmi les maladies de quarantaine soumises à la lutte obligatoire. «C’est pourquoi il est impératif d’annoncer rapidement l’existence de plantes présentant ces symptômes lorsque leur densité atteint cinq ceps par are, poursuit Jean-Michel Bolay. Le Canton va d’ailleurs s’engager à indemniser les vignerons touchés. Sans traitement, la vigne risque de mourir. Mais, à l’exemple du Tessin, où la maladie est présente depuis onze ans, le vignoble peut survivre avec des mesures adéquates.» A défaut d’un traitement curatif contre la flavescence dorée, ces mesures relèvent avant tout de la lutte indirecte, engageant l’arrachage et l’élimination des plants malades, mais aussi la lutte contre la cicadelle, vecteur de la maladie, à l’aide d’insecticides. «La Confrérie des vignerons de Vevey veut aussi former ces experts à la lutte contre ce fléau», glisse Xavier Bühlmann.

La flavescence dorée est transmise de cep à cep par la cicadelle, mais aussi par l’homme, dans le cadre du commerce de plants de vignes. «Au vu des nombreux échanges des viticulteurs vaudois avec la Savoie, déjà fortement touchée par la maladie, le risque de propagation est réel», ajoute Jean-Michel Bolay. Les pépiniéristes viticoles doivent donc traiter par thermothérapie les barbues (jeunes plants) lors de la production des plants de vigne. De plus, un passeport phytosanitaire est désormais nécessaire lors de la mise en circulation de matériel végétal.

Créé: 26.12.2015, 09h04

L'insecte transmet le mal de cep à cep

«Le réchauffement climatique favorise à coup sûr l’extension de la maladie vers le nord», explique François Murisier, conseiller de la Confrérie des vignerons de Vevey et ancien directeur de la recherche à l’Agroscope. La cicadelle («Scaphoideus titanus»), insecte vecteur de la flavescence dorée, s’est bien adaptée à nos conditions climatiques, selon le suivi effectué par l’institution fédérale de Changins. Elle n’était cependant jusqu’ici pas porteuse du phytoplasme (la bactérie de la maladie).

La cicadelle transmet la flavescence dorée de cep à cep. «La transmission par l’homme, au travers de ces échanges commerciaux, est bien plus rapide, puisqu’elle s’effectue sur de plus grandes distances», souligne Jean-Michel Bolay, ingénieur au Service de l’agriculture. Originaire d’Amérique du Nord, la cicadelle a été introduite par accident en Europe dans les années 1950. Elle s’est ensuite déplacée en Corse, en Italie du Nord, dans le sud de la France et, plus récemment, en Savoie ainsi que dans le Jura. Apparu en 1995 dans le canton de Genève par le sud du Léman, l’insecte a petit à petit colonisé de nombreux vignobles genevois, vaudois et valaisans des bords du lac. «Il ne faisait aucun doute que tôt ou tard la maladie allait apparaître au nord des Alpes, glisse François Murisier. Les mesures de prévention prises jusqu’ici ont néanmoins permis de différer l’arrivée de ce fléau d’une décennie.»

Articles en relation

L’union dans la promotion et dans la défense, la nouvelle force des vignerons

Viticulture La Journée du vignoble vaudois a fait le point sur une année 2015 riche en degrés Œchslé et en rebondissements. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.