Le Canton va scanner toutes ses routes cet été

InfrastructuresUn véhicule de mesures va parcourir durant un mois les 1500 km de routes cantonales. L’entretien régulier évite des frais trop importants.

Unique en Suisse, le véhicule ARAN (Automatic Road Analyser) de la société Infralab basée à Servion parcourra les routes cantonales ces prochains jours

Unique en Suisse, le véhicule ARAN (Automatic Road Analyser) de la société Infralab basée à Servion parcourra les routes cantonales ces prochains jours Image: Infralab - LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les fissures, éclats de bitume et autres trous en formation peuvent trembler. D’ici quelques jours va être lancée une campagne d’évaluation de l’état des 1500 km de routes cantonales. Une photographie des routes vaudoises qui n’avait plus été faite depuis 2011.

«Ce travail prendra environ un mois et n’entraînera aucune perturbation de trafic», précise Laurent Tribolet, responsable de la division entretien à la Direction générale de la mobilité et des routes. Une camionnette équipée de nombreux capteurs lasers récoltera des millions de données, à raison d’une mesure tous les centimètres. Il faudra ensuite quatre à cinq mois pour les traiter et obtenir une vision d’ensemble de l’état des routes vaudoises, qui sera utile pour planifier les prochains travaux.

Car, depuis 2008 et la fin des mesures d’économie cantonales, l’Etat met les bouchées doubles pour rattraper le retard accumulé. «Nous sortons progressivement de cette phase de rattrapage, avec pour conséquence une nette amélioration de l’état de nos routes, et donc de la sécurité des usagers, s’est réjouie jeudi la conseillère d’Etat Nuria Gorrite, lors d’une conférence de presse traitant du sujet. Nous pouvons donc désormais viser une stabilisation des coûts d’entretien d’environ 20 millions de francs par an.»

Dans un contexte de forte augmentation du trafic, mais aussi d’augmentation du poids moyen des véhicules (1500 kg aujourd’hui contre 900 kg dans les années 1980), la cheffe du Département des infrastructures a rappelé l’importance d’un entretien régulier. En effet, si le remplacement de la couche supérieure d’enrobé ne coûte que 40 fr. par mètre carré, ce montant est multiplié par sept pour une réfection totale.

A noter encore que le Canton s’efforce de réduire l’impact écologique de ces travaux. En cinq ans et grâce à des progrès techniques, la part de matériaux recyclés dans les enrobés a ainsi pu être plus que doublée (de 23% à 56%); tandis que celle d’enrobés tièdes – à 120 degrés au lieu des 180 degrés habituels, donc plus gourmands en énergie – a été carrément décuplée, de 2% à 20%. (24 heures)

Créé: 30.06.2016, 15h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des parents et des enfants séparés par le rêve américain, paru le 19 juin
(Image: Bénédicte) Plus...