«En cas de débordement, la police a les moyens de monter en puissance»

MorgesLa marche contre Monsanto se veut pacifique, mais des débordements ne sont pas exclus. Organisateurs et forces de l’ordre y sont d’ailleurs préparés.

Image: Keystone - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ils sont la bête noire de tous les organisateurs de manifestations. Communément appelés «Black Bloc», ils sont davantage dans les cortèges pour casser que pour manifester. Et, ce week-end, on redoutera leur présence aux quatre coins du monde. Car la révolte, planétaire, concerne une société particulièrement controversée: Monsanto. Samedi, de New York à Tokyo, en passant notamment par Buenos Aires, Londres, Paris, Moscou ou encore Sydney, ils seront des centaines de milliers à manifester contre la multinationale spécialisée dans les pesticides et les semences OGM. Avec des cortèges prévus à Bâle et à Morges – qui abrite le siège pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient du mastodonte racheté par Bayer l’an dernier –, la Suisse n’est pas en reste.

En terre vaudoise, la «Révolte des Mauvaises Herbes», du nom du slogan de l’événement, référence évidente à l’herbicide Roundup de Monsanto, est organisée par Greenpeace, avec le soutien de StopOGM Infos, Attac Suisse et ToxicFree Suisse. Autant d’entités où l’on se veut rassurant: «Les précédentes éditions se sont déroulées dans une très bonne ambiance et celle de samedi n’échappera pas à la règle, elle sera non violente», assure Sara Gnoni, présidente de ToxicFree Suisse. Sara Gnoni ne craint pas les débordements, mais elle ne les exclut pas totalement. «Des mouvements de foule ou des fauteurs de troubles sont envisageables, mais nous comptons sur les bénévoles de Greenpeace pour désamorcer de possibles tensions.»

Dispositif de police secret

Pourquoi compter sur l’ONG écologiste? «Parce que nous sommes formés au peace keeping (ndlr: maintien de la paix)», répond Sophie Desbiolles, bénévole chez Greenpeace Vaud, qui a déjà plusieurs marches contre Monsanto à son actif. La formation, basée sur la non-violence et la gestion des conflits, apprend à savoir réagir face à «un comportement inadéquat de la part d’un manifestant». En résumé: les peace keepers éloignent les indésirables du reste du cortège et les isolent en attendant l’intervention policière. «Nous insistons sur le côté pacifique de l’action, mais il y a toujours des gens qui viennent aux manifestations pour de mauvaises raisons.»

Côté police, sur qui tous comptent en dernier recours, on se prépare également à la manifestation. Il y a deux ans, un agent planqué dans un appartement était chargé de photographier les manifestants pour retrouver d’éventuels casseurs. L’opération appareil photo est-elle reconduite? «Nous ne donnons pas de détails sur le dispositif, mais nous serons là pour que tout se passe bien», indique Olivia Cutruzzolà, porte-parole de la police cantonale.

«Nous développons de nouveaux outils qui permettent aux fermiers de produire des récoltes en utilisant moins de ressources naturelles»

Laconique, la porte-parole confirme tout de même que les forces de l’ordre sont prêtes à affronter tous les cas de figure. Comme lors d’une rencontre sportive sensible, lorsqu’on ne sait pas trop à quoi s’attendre, on se prépare à tout. «En cas de débordement, la police a les moyens de monter en puissance. Nous avons, par exemple, un véhicule pour le maintien de l’ordre avec canon à eau anti-émeute. Il ne sera pas sur le site, mais en réserve.»

Enfin, chez Monsanto, où l’on cultive un certain secret, on joue l’apaisement. «Nous développons de nouveaux outils qui permettent aux fermiers de produire des récoltes en utilisant moins de ressources naturelles. Nous sommes très conscients du fait que différents points de vue existent sur ces sujets, il est important qu’ils soient exprimés et ouvertement partagés.» (24 heures)

Créé: 18.05.2017, 20h28

«Le dispositif de police sera totalement exagéré»

Lausannois de 41 ans, Anthony Peluso se définit lui-même comme un anarchiste, «mais pas comme un Black Bloc». Samedi, il défilera à Morges. «Pour militer et faire entendre ma voix contre cette multinationale qui pollue la planète, appauvrit les sols et les populations et qui se prend pour Dieu.»

Dans quel état d’esprit irez-vous manifester?

Dans un esprit bon enfant et sans débordement. Nous restons pacifistes, mais nous ne sommes pas résignés. Nous ferons du bruit en gardant le sourire malgré les enjeux.

Craignez-vous des débordements?

Comme d’habitude dans ce système capitaliste, il y aura un dispositif totalement exagéré afin de protéger l’intégrité de ce genre de multinationale qui fait son beurre sur le dos des plus pauvres. On est en Suisse, les débordements sont rares, et lors de chaque manifestation, nous sommes pris en photo, filmés, répertoriés et fichés.

S’il y a tout de même des débordements, de quoi avez-vous le plus peur?

De ne pas y être, car je participerais volontiers. Par exemple en passant le périmètre de sécurité pour se poser tranquillement devant le bâtiment, en paix. Histoire de ne pas être parqué comme dans des cages derrière des doubles barrières. Il faudrait que, comme un seul homme, tout le monde enlève d’un bloc les barrières et puisse dire «Non! on ne pliera pas au diktat des puissants de ce monde».

Articles en relation

Monsanto pourrait changer de raison sociale

Décision à prévoir En cas d’absorption de la firme américaine par Bayer, l’entreprise allemande préférerait profiter du crédit de sa propre marque. Plus...

Bayer perd un quart de sa valeur en un mois

Agrochimie Le raid à 62 milliards sur l’américain Monsanto coûte cher au géant allemand. Son titre s’effondre en Bourse. Plus...

Manifestation devant le siège de Monsanto à Morges

La Côte Plusieurs centaines de personnes ont défilé ce samedi pour protester contre le géant américain de l'agrochimie. Plus...

Les murs de Morges tagués contre Monsanto

Vandalisme Des inscriptions sont apparues sur des bâtiments dans la nuit de mardi à mercredi. Elles auraient été revendiquées par un collectif. Plus...

Diminué de moitié à Morges, Monsanto va se fondre dans Bayer

Agrochimie Les pourparlers en vue d'une fusion sont confirmés. Le groupe américain est déjà en train de biffer un poste sur deux sur son site vaudois. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...