Les castors se font les dents au Bourget

LausanneDes arbres taillés, comme des crayons géants, témoignent de la présence du rongeur sur les rives de la capitale vaudoise.

L'activité des castors est particulièrement spectaculaire cet hiver.

L'activité des castors est particulièrement spectaculaire cet hiver. Image: Laurent Antonoff

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des troncs qui ressemblent à des cure-dents. Des arbres à l’écorce bien entamée à la base. Un autre tombé à terre et pareil à un crayon géant bien taillé. Des copeaux qui jonchent le sol. Le doute n’est plus permis: des castors se sont fait les dents dans le coin. Et c’est tout frais. Ce qui surprend toutefois, c’est l’endroit qu’ils ont choisi cet hiver pour jouer les apprentis bûcherons. C’est au sud du parc Bourget à Lausanne, juste à côté du petit pont de pierre qui enjambe la Chamberonne à son embouchure. «C’est un bel indicateur de la nature en ville», se réjouit Natacha Litzistorf, municipale lausannoise de l’Environnement.

La forte présence de promeneurs, parfois accompagnés de leurs chiens sans laisse, et de joggeurs n’a visiblement pas dissuadé les castors d’établir leur chantier si proche du lac en territoire lausannois. Selon les premières informations obtenues, il s’agit probablement de jeunes individus qui, après leurs deux ans, sont éjectés de leur famille et doivent trouver un nouveau territoire de vie. Ils se mettent alors à la recherche de lieux propices où il y a de la nourriture. Natacha Litzistorf: «Ceux-là arrivent probablement depuis la Venoge. On ne sait pas où se trouvent leurs huttes, possiblement plus haut en direction de la Sorge ou dans la Venoge. Actuellement, il semble que ces individus ne posent pas de problème particulier.»

Cela fait depuis plus de dix ans que les traces d’activité de castors sont visibles à l’embouchure de la Chamberonne, de manière périodique surtout en période hivernale mais plutôt du côté de Saint-Sulpice. «Probablement qu’en été, il y a trop de public. Ils se font plus discrets ou se tiennent dans des lieux plus tranquilles», imagine Natacha Litzistorf. Le castor est aussi présent depuis de nombreuses années dans la Sorge, au-dessus de l’université sur la commune d’Écublens. Cette année cependant, son activité est particulièrement spectaculaire et chose rare, il dévore des saules, petits ou grands, aussi du côté lausannois de la rivière.

Créé: 11.02.2020, 10h29

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.